La bourse ou la vie!

Vous êtes nombreux à appréhender le moment où vous ouvrirez vos relevés de compte REER pour constater qu’une fois de plus, votre capital est à la baisse...

Sauvez votre retraite de la crise

PAR MIKE TATA

« Dans le monde, on prend les choses pour ce qu’elles se donnent;

Dans la retraite, on les apprécie pour ce qu’elles valent.»
Adolphe de Chesnel, Dictionnaire de la sagesse populaire – 1856

Depuis quelque temps, vous êtes nombreux à appréhender le moment où vous ouvrirez vos relevés de compte REER pour constater qu’une fois de plus, votre capital est à la baisse. Que cette baisse ait ou non des conséquences, votre appréhension est tout à fait compréhensible et ne doit pas être occultée.

Que ce soit au cours de la dernière année ou des trois, cinq ou dix dernières années, le rendement d’un portefeuille composé de 100 % d’actions frôle, en arrondissant un peu, le zéro. Il n’y a pas encore si longtemps, les conseillers et les planificateurs financiers élaboraient des projections de retraite à 10 % de rendement composé par année, puis à 7 %, et par la suite à 5 %. Nous sommes désormais bien loin de tels rendements!

Avez-vous la nostalgie des dépôts à terme offrant un rendement de 2 %? La volatilité des marchés vous force-t-elle à repenser tout votre plan de retraite? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul.

L’ANATOMIE D’UNE CRISE DE LA RETRAITE

Évitez-vous de lire les journaux ces jours-ci? Si tel est le cas, voici une récapitulation de l’actualité économique des derniers mois.

Vers la fin du mois d’octobre 2011, la Grèce déclare une faillite partielle. Par ailleurs, plusieurs pays européens sont aussi en difficulté, comme le Portugal, l’Espagne, l’Irlande, pour n’en citer que quelques-uns. Or, tous ces pays devront tôt ou tard assainir leurs finances publiques. Quant à leur population respective, elle devra prendre conscience qu’elle ne doit pas dépendre exclusivement des prestations de l’État. De plus, la population vieillissant très rapidement, les États seront de plus en plus sollicités sur le plan du soutien dans les soins de santé et les retraites. À ces faits s’ajoute qu’il n’y a pas beaucoup de jeunes gens pour créer de la richesse.

Les États-Unis connaissent une situation fiscale difficile à cause des baisses d’impôt des vingt dernières années, de l’augmentation de leurs dépenses militaires et des pressions déflationnistes (des prix à la baisse) dans le secteur immobilier. Les ménages sont médusés face à un taux de chômage qui s’élève à plus de 9 % et à un taux d’endettement personnel outrageusement élevé. Mais tout n’est pas noir. Les bonnes nouvelles viennent du domaine manufacturier: la faiblesse du dollar stimule les exportations et les emplois dans ce même secteur,  et le taux d’endettement personnel commence doucement à baisser à mesure que les particuliers renouent avec l’épargne.

Et le Canada dans tout cela? Bien que nous n’ayons pas autant de problèmes,  on ne doit pas jouer à l’autruche. La plupart des ménages sont surendettés. Le niveau d’endettement du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux s’aggrave en raison de la crise, et le vieillissement de la population s’accentue. Mais l’un des plus gros problèmes à long terme est inhérent au taux de productivité très décevant. Exception faite du secteur des ressources naturelles, la croissance de notre taux de productivité n’est pas à la hauteur des attentes et elle ne permet pas de générer assez rapidement de richesses pour maintenir notre niveau de vie.

« SAUVONS » LA RETRAITE

Pour bien cerner une situation, il faut d’abord commencer par faire une projection de retraite. À combien se chiffrent les revenus dont vous aimeriez disposer à la retraite? À l’aide d’un planificateur ou d’un chiffrier, partons du principe que vous devriez vivre jusqu’à l’âge de 90 ans. En ciblant un futur rendement prudent à 4 %, tout en augmentant chaque année les prestations, disons de 2 %, en tenant compte des prestations prévues de la Régie des rentes du Québec et de la pension de vieillesse, quel est le capital dont vous aurez besoin à la retraite? En considérant vos capitaux de retraite d’aujourd’hui, quel est le montant d’épargne que vous devrez cumuler chaque année d’ici votre retraite? Il s’agit d’un volet important de votre planification, et il est recommandé de refaire cette projection au moins tous les deux ans. Vous saurez ainsi mieux si vous êtes ou non sur la bonne voie, et cela vous permettra de rectifier votre trajectoire si vous vous êtes trop éloigné de votre cible.

La gestion de vos dettes constitue un autre élément important et très utile à la capitalisation de votre retraite. Vous pourriez être tenté de vouloir rembourser rapidement toutes vos dettes, au risque de négliger vos REER. Or, cette pratique va à l’encontre du but recherché. Il est en effet plus rentable, d’un point de vue fiscal, d’essayer de maximiser vos cotisations de retraite et d’utiliser le remboursement d’impôt pour réduire vos crédits. De cette manière, vos actifs augmenteront selon la valeur du remboursement d’impôt. Cet effet n’est pas négligeable. Le CELI est un bon outil de retraite pour quiconque a maximisé ses cotisations REER et honoré ses dettes. Cela est d’autant plus vrai qu’un CELI ne vous donne aucune déduction d’impôt.

INVESTIR INTELLIGEMMENT

Penchons-nous à présent sur vos investissements. Il faut bien comprendre qu’investir dans des actions comporte un certain risque; les actions constituent en effet un très bon outil pour augmenter le pouvoir d’achat du capital, mais aussi un très mauvais outil pour préserver le capital à court terme (et vice-versa pour les obligations). Plus vous détenez d’actions, plus votre horizon d’investissement doit être étendu. La combinaison d’actions et de revenus fixes est une solution très intéressante, car lorsque le rendement des actions est bon, le rendement des revenus fixes est moins élevé. Lorsque le rendement des actions est mauvais, cela signifie souvent que l’économie va mal, que les taux d’intérêt connaissent une tendance baissière et que le prix des obligations grimpe en conséquence.

Quel est donc le pourcentage d’obligations optimal pour un portefeuille? Si l’on se fie à ce qui s’écrit le plus fréquemment sur le sujet, il faudrait utiliser l’âge du conjoint le plus jeune dans le couple comme pourcentage requis en revenus fixes d’un portefeuille de retraite. Il y a aussi l’horizon temporel de l’utilisation du capital à considérer, mais c’est un moyen facile d’estimer le pourcentage requis.

DÉJÀ À LA RETRAITE?

Vous êtes déjà à la retraite et la Bourse vous donne des maux de tête? Une solution à envisager pour une partie ou la totalité de votre capital de retraite est une rente. Une rente est un contrat de prestations octroyé par une société d’assurance-vie. En échange d’un capital – REER ou placement -, vous recevrez des prestations égales ou ascendantes sur une période déterminée ou pour le restant de votre vie, avec ou sans nombre minimum d’années de prestations. Cela peut être utile pour diversifier votre allocation d’actifs en revenus fixes et éviter que vos capitaux ne vous survivent. Règle générale, les prestations sont plus généreuses quand les taux d’intérêt sont plus élevés et que vous avancez en âge. Si votre état de santé n’est pas aussi bon que vous le souhaitez, une rente appariée à une évaluation médicale peut vous donner des revenus plus importants, puisque votre espérance de vie est différente de celle d’une personne en bonne santé.

L’ALLOCATION D’ACTIFS : UN SUJET NÉGLIGÉ

Il est important pour un portefeuille d’avoir une pondération de revenus fixes qui augmente doucement avec les années afin de préserver le capital, et ce, au fur et à mesure que la retraite approche. Par ailleurs, on constate trop souvent que le volet d’actions de portefeuille est trop lourdement, voire exclusivement, axé sur les actions canadiennes. C’est une erreur fondamentale. Les actions américaines et les actions internationales constituent des compléments essentiels aux actions canadiennes. Premièrement, l’économie de ces pays n’est pas synchronisée avec celle du Canada. Les actions réagiront alors différemment aux chocs économiques, et ces pays occuperont une position différente dans le cycle économique. Le portefeuille sera moins variable, mais ne s’accompagnera pas nécessairement d’un rendement plus élevé. Le secret de la diversification réside dans la diversification optimale des éléments d’actifs afin de réduire la volatilité de l’intégralité du portefeuille. Dans des situations comme celles qui prévalent dans la conjoncture actuelle, la diversification vous fait acheter « au rabais » lorsque vous faites votre cotisation mensuelle.

LA FISCALITÉ : TROP SOUVENT IGNORÉE

Au moment d’examiner sérieusement votre situation financière, il importe de ne pas en négliger l’aspect fiscal. Pour nos clients médecins, par exemple, il pourrait être utile d’incorporer leur pratique médicale pour épargner plus facilement de l’argent en société que dans un compte de placements. C’est également un excellent outil de fractionnement des revenus entre les membres d’une famille.

Parmi les autres éléments de fiscalité souvent oubliés, il y a celui qui consiste à cotiser davantage dans un compte REER que dans un compte de placements. De cette manière, vous bénéficierez d’une déduction d’impôt plus importante. Gardez vos revenus fixes le plus possible dans votre compte REER, puisque les intérêts y sont à l’abri de l’impôt, et qu’ils y sont plus coûteux dans votre compte de placement que des dividendes ou des gains en capital. Si vous êtes en mesure d’utiliser un service d’investissement discrétionnaire, vous aurez la possibilité de déduire les frais de gestion de votre compte de placements et de votre compte de société.

Une bonne planification de retraite commence par un « plan de match » réaliste qui sera révisé régulièrement. Ce plan devra tenir compte de la volatilité de vos capitaux et de la diversification des allocations d’actifs pour l’horizon temporel que vous ciblez. Entourez-vous de spécialistes dans le domaine, et faites fi résolument des variations à court terme.

Mots-Clés :, , , , , ,

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»