AMQ : nouveau DG

Entré officiellement en poste le 1er juin dernier, mais y travaillant déjà depuis le 2 avril, Normand Laberge est le nouveau directeur général de l'Association médicale du Québec (AMQ).

PAR MARIE-SOPHIE L’HEUREUX

Entré officiellement en poste le 1er juin dernier, mais y travaillant déjà depuis le 2 avril, Normand Laberge est le nouveau directeur général de l’Association médicale du Québec (AMQ).

Normand Laberge, nouveau directeur général de l'AMQ Médecins en action

Fort d’une longue expérience dans le milieu associatif, notamment au sein de l’industrie pharmaceutique canadienne, à l’Association canadienne des radiologistes et à l’Association du Barreau canadien, Monsieur Laberge arrive à la tête de l’AMQ avec des objectifs bien précis en tête : « L’idée est de bâtir sur les assises déjà très solides de l’AMQ, mais de pousser sa croissance encore un peu plus loin. L’AMQ a défini un excellent plan stratégique, bien meilleur qu’en d’autres lieux, mais il s’agit maintenant de le concrétiser, de l’actualiser sur le terrain. »

Car, il faut le savoir, Normand Laberge aime le terrain. Et l’action. Formé initialement en éducation physique, puis en administration des affaires, il choisit depuis toujours ses défis professionnels en fonction de la quantité d’actions à réaliser, du nombre de « choses à faire » : « J’ai besoin de travailler à des projets où je peux changer des choses, où je peux améliorer les choses, où « c’est là que ça se passe ». C’est mon leitmotiv », reconnaît-il avec conviction. La récente décision du gouvernement Harper et, par ricochet, du budget Flaherty, de transférer le plein pouvoir aux provinces en matière de santé l’a notamment convaincu que c’était davantage au provincial qu’au fédéral que les dés allaient se jouer dans les années à venir. « Dans ce contexte, l’AMQ devient un joueur essentiel du système de santé. On a jusqu’ici bâti les fondations, il faut désormais bâtir une maison, car il y a encore beaucoup de travail à faire », explique-t-il.

Quels sont selon lui les défis qui se posent à l’Association médicale du Québec, en 2012 ? « Le médecin québécois est le médecin le plus doué au monde pour s’occuper d’un patient. Mais il ne l’est pas pour prendre soin des patients. Le soin des patients, qui passe forcément par l’État et la transformation du système de santé, c’est davantage le rôle de l’AMQ. Ce n’est pas enseigné à la faculté de médecine, ça. L’AMQ doit se prononcer sur l’état du système de santé et de la place que les médecins y occupent. Les médecins ont l’obligation d’occuper cette place, car ils ont aussi des responsabilités collectives. Quand j’entends qu’il « faudra mettre les médecins au pas », moi, je dis que c’est là un propos très dangereux, tant pour la profession elle-même que pour la société. Je suis là pour m’assurer, avec le conseil d’administration et l’équipe de l’AMQ, que le médecin demeurera un professionnel autonome. Les médecins sont donc à la croisée des chemins : ils devront s’intéresser à leur place collective s’ils veulent protéger leur rôle… et leurs patients! » soutient le nouveau chef de l’AMQ.

Normand Laberge sait qu’il a du pain sur la planche. Et il sait que l’AMQ doit se faire plus présente sur le terrain et qu’elle doit travailler à changer certaines perceptions, notamment par rapport à son rôle et à son image : « Beaucoup de médecins pensent que l’AMQ n’est qu’un regroupement de services aux membres. Or, c’est beaucoup plus que cela. L’AMQ, c’est aussi l’action politique en santé. L’aspect « services aux membres » ne vient ici qu’en appui, ce n’est pas la pierre angulaire de notre mission. C’est l’implication politique qui est le coeur de l’AMQ. La population veut des solutions. L’AMQ veut en apporter, avec ses membres et avec ses médecins… mais pour ça, on sait qu’on devra aller davantage sur le terrain et favoriser des communications dans les deux sens. »

Normand Laberge a beaucoup d’aplomb. Il est loquace, semble aimer l’action et semble vouloir se faire un devoir d’apporter un souffle de renouveau à une association déjà très forte, mais dont les actions, estime-t-il, peuvent être poussées un peu plus loin.

Santé inc. lui souhaite la plus cordiale des bienvenues à la tête de l’AMQ et le meilleur des succès, à lui ainsi qu’à son équipe, dans la réalisation de son nouveau mandat !

A propos de Marie-Sophie L'Heureux

Voir tous les articles par Marie-Sophie L'Heureux
Marie-Sophie L'Heureux est la rédactrice en chef et éditrice de Santé inc. Elle est également critique gastronomique et journaliste pigiste pour d'autres médias.

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»