Orgetto à la courge et au Migneron

Après avoir tenu la barre derrière les fourneaux du Clocher penché, de La Bastide et du Cercle, à Québec, David Forbes poursuit sa route vers Baie-Saint-Paul, où il continue de...

Le bonheur est dans l’assiette

PAR CATHERINE LEFEBVRE

Maintenant que l’automne tire à sa fin et que l’hiver est à nos portes, les repas réconfortants sont bienvenus. Continuons de plus belle avec le chef David Forbes du nouvel Hôtel La Ferme, au Massif de Charlevoix.

Après avoir tenu la barre derrière les fourneaux du Clocher penché, de La Bastide et du Cercle, à Québec, David Forbes poursuit sa route vers Baie-Saint-Paul, où il continue de mettre les produits régionaux au cœur de sa carte. C’est sur les fondations de la Ferme Saint-Ambroise, jadis le plus vaste bâtiment de ferme en bois au Canada, que l’Hôtel La Ferme a construit son bâtiment principal. Certains visiteurs arrivent avec le train du Massif, d’autres optent pour la route pavée. Dans tous les cas, la vue est magnifique entre Québec et Charlevoix. Et peu importe le moyen pour s’y rendre, c’est le calme de la campagne en version chic qui vous attend ici, tout comme la cuisine de David Forbes au restaurant Les Labours: simple, chaleureuse et parfaitement stimulante. Profitez-en pour vous asseoir au bar et discuter avec le chef et sa brigade tout au long de la soirée. Ils ont de bonnes histoires à raconter à propos des producteurs locaux avec lesquels ils font affaire. Parmi les produits locaux au menu, on compte le fameux fromage Migneron et les saucissons de viande bio de Charlevoix, que l’on peut retrouver un peu partout au Québec. Le chef les présente en orgetto à la courge, une autre façon d’apprêter ce légume que l’on peut déguster tout l’hiver

LES LABOURS

Hôtel La Ferme au Massif de Charlevoix
50, rue de la ferme Baie-Saint-Paul
418 240-4123 

ORGETTO À LA COURGE ET AU MIGNERON DE CHARLEVOIX

Temps de préparation : 15 minutes
Temps de cuisson : 15 minutes Rendement : 4 portions

Ingrédients
2 tasses d’orge cuite
1⁄2 tasse (125 ml) de saucisson chorizo des viandes biologiques de Charlevoix, tranché
1 tasse (250 ml) d’oignon en dés
1 tasse (250 ml) de grains de maïs frais
1⁄2 tasse (125 ml) de bouillon de légumes sans sel ajouté
1 tasse (250 ml) de courge musquée en dés
1 tasse (250 ml) de fromage Migneron de Charlevoix râpé
1⁄2 tasse (125 ml) d’origan frais haché

Préparation

  1. Dans un grand poêlon, à feu moyen, faire revenir le saucisson de 2 à 3 minutes.
  2. Ajouter l’oignon et le laisser fondre quelques minutes supplémentaires.
  3. Ajouter la courge et continuer la cuisson durant 10 minutes. Au besoin, ajouter un peu de bouillon.
  4. Incorporer l’orge et le fromage en brassant le tout.
  5. Saupoudrer d’origan et servir dans 4 assiettes ; réserver le reste pour un ou deux lunchs.

Option végé
Remplacer le saucisson par des noisettes grillées et saupoudrées de cari.

Le petit truc
Si jamais vous ne trouvez pas de Migneron de Charlevoix, un cheddar vieilli ou un fromage de chèvre pourrait très bien faire l’affaire.

Nutritionniste, Catherine Lefebvre vous conseille chaque fois une nouvelle recette gastronomique, version santé.

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»