Olé ! L’Espagne vinicole

S’il y a un pays d’Europe qui offre d’excellents vins à des prix fort avantageux, c’est certainement l’Espagne. L’amateur peut même facilement dénicher des vins espagnols...

Bien boire

PAR DANIEL BERGERON

S’il y a un pays d’Europe qui offre d’excellents vins à des prix fort avantageux, c’est certainement l’Espagne. L’amateur peut même facilement dénicher des vins espagnols de plus de dix ans d’âge, ce qui lui permet de déguster des vins montrant de beaux signes d’évolution sans nécessairement vider son portefeuille. Même si l’Espagne se classe au premier rang mondial sur le plan de la superficie vinicole, avec plus d’un million d’hectares, elle occupe le troisième rang des plus grands producteurs de vins, derrière l’Italie et la France. Les cépages espagnols fournissent un moins grand rendement en raison de leur sensibilité au gel du printemps et à la sécheresse estivale, qui empêchent une densité de plantation élevée.

Le territoire de l’Espagne se divise en dix-sept communautés autonomes dans lesquelles on retrouve plus de soixante-cinq D.O. (Denominación de Origen)espagne-bergeron-fig1 et deux D.O.Ca (Denominación de Origen Calificada). Une D.O. est une appellation d’origine contrôlée, tandis qu’une D.O.Ca est une appellation d’origine contrôlée qui respecte des critères géographiques et qualitatifs plus stricts. Les deux seules D.O.Ca sont rioja, dans La Rioja, et le priorat, en Catalogne. La première fut décrétée D.O.Ca en 1991, tandis que la deuxième le fut en 2000.

On retrouve des centaines de cépages cultivés en Espagne, mais on peut dire qu’une quinzaine d’entre eux se distinguent en recouvrant environ les trois quarts de la surface de culture. Côté rouge, on pense au tempranillo, à la garnacha (grenache), au cariñena (carignan), à la mencia, au monastrell  (mourvèdre), au bobal et au graciano. On cultive aussi des cépages internationaux comme le cabernet sauvignon, la syrah et le merlot. Pour l’élaboration des blancs secs, on trouve l’albariño, le verdejo, l’airén, le viura (macabeu), le xarel-lo et le parellada.

Afin de mieux comprendre ce qu’est l’Espagne vinicole, je vous propose, dans les lignes qui suivent, de parcourir un peu plus en détail trois régions importantes.

Tout d’abord, la Catalogne. Située au nord-est de l’Espagne, elle constitue l’une des plus vieilles régions viticoles de ce pays. Elle est mondialement connue grâce à son appellation D.O.Ca Priorat et à son réputé vin mousseux, le cava du Penedès.

Le Priorat fut reconnu D.O.Ca en 2000. On y élabore des vins rouges de qualité à partir de grenache (le cépage maître de cette région), de cariñena, de syrah, de cabernet sauvignon et de merlot. Les vins ainsi obtenus montrent beaucoup de profondeur et de complexité avec un fruit très présent et des notes minérales caractéristiques. Ils sont d’ailleurs très recherchés par le consommateur averti. Quant aux blancs, ils sont moins abondants et sont élaborés avec du garnacha blanca (grenache blanc, que l’on retrouve surtout dans le sud de la France), du macabeu et du pedro ximénez principalement.

Le cava du Penedès est, quant à lui, un vin mousseux qui doit être produit selon la méthode traditionnelle de fermentation en bouteille pour obtenir cette appellation. Elle est donc identique à la méthode d’élaboration du champagne; seuls les cépages utilisés sont différents et, bien entendu, le climat et le terroir. Ce sont le xarel-lo, le macabeu et le parellada qui entrent dans la composition du cava. Le premier cépage lui confère du caractère et du corps, le deuxième lui apporte de la douceur et du parfum et le troisième rend l’ensemble plus frais et délicat. Le chardonnay, aromatique et structuré, peut aussi servir à l’élaboration du cava. Pour les cavas rosés, le grenache rouge, le monastrell, le pinot noir et le trepat peuvent être utilisés.

Passons maintenant à une autre région importante, La Rioja, qui demeure certainement la plus reconnue d’Espagne grâce à ses excellents vins rouges. Située au centre-nord de ce pays, elle détient l’appellation D.O.Ca depuis 1991. Le cépage qui y est majoritairement cultivé, le tempranillo, donne des vins fruités avec des tannins d’une grande élégance. Il s’adapte bien au vieillissement en barrique, ce qui crée des vins qui évoluent avantageusement au fil du temps. On retrouve aussi des vins blancs dans cette région, où le cépage le plus utilisé est la viura (macabeu). Cependant les cépages bancs constituent moins de 10% de la surface cultivée.

Pour revenir à l’élevage en barrique et au vieillissement des vins de La Rioja, on peut observer différentes mentions sur l’étiquette qui donnent une indication concernant le vieillissement du produit, c’est-à-dire le degré de qualité selon la D.O.Ca. La mention crianza indique que le vin a vieilli deux ans à l’entreprise vinicole (bodega), dont un an en fût de chêne pour les rouges, et six mois pour les blancs. Les reservas doivent séjourner trois ans à la bodega, dont un an en barriques pour les rouges tandis que les blancs ont droit à cette mention après un vieillissement de six mois en fût et six autres en bouteille. Enfin, la mention gran reserva est octroyée au vin qui a mûri deux ans en barriques et trois ans de plus en bouteilles. Il est à noter que ces temps prescrits constituent un minimum légal et que beaucoup de producteurs se permettent de les dépasser.

Enfin, terminons notre brève tournée avec une autre région importante d’Espagne, La Castille-León, qui comporte deux D.O. bien connus, le ribera del duero et le bierzo. La Ribera Del Duero est située sur les deux rives du Douro. On y élabore de superbes vins rouges qui regorgent de fruits avec une matière tannique importante qui leur confère un remarquable potentiel de vieillissement. Le cépage qui y est le plus utilisé est le tinta del pais (nom donné au tempranillo dans cette région), mais y on autorise aussi l’emploi du grenache, du cabernet sauvignon, du merlot et du malbec. C’est d’ailleurs dans cette D.O. que sont vinifiés les vins mondialement reconnus des grandes maisons Vega Sicilia et et Dominio de Pingus. La D.O Bierzo, située au nord-ouest, donne des vins rouges plus délicats aux arômes de fruits rouges qui possèdent une bonne acidité et une certaine minéralité. Pour pouvoir porter cette appelation, le cépage rouge mencia doit être présent à au moins 75%. Ces vins représentent d’excellents rapports qualité-prix.

Voici un vin blanc et deux vins rouges dégustés dernièrement et que j’ai particulièrement aimés. Ils se retrouvaient en quantité appréciable sur les rayons au moment d’écrire cet article. Je vous souhaite de belles découvertes.

Mas Igneus, Barranc Del Closos, Priorat, 2011, Code SAQ : 10857729, 22,55 $

Les vins blancs du Priorat sont très rares à la SAQ et celui-ci représente un véritable coup de cœur. D’une couleur jaune pâle aux reflets verts, il offre des arômes expressifs rappelant la pêche, l’abricot, la cire d’abeilles, le beurre et les fleurs blanches. On ne se lasse pas de le sentir tellement il est envoûtant. Lors de la mise en bouche, l’ensemble se montre soyeux avec une acidité juste à point. Le fruit s’exprime merveilleusement avec une touche épicée. C’est à la fois complexe et équilibré. La finale, très longue, fait admirablement bien ressortir les notes épicées. Cet assemblage de grenache blanc, maccabeu et pedro ximénez donnera sa pleine mesure s’il est servi à 12°C. On pourrait bien l’accompagner d’un poulet aux cinq parfums.

Miguel Torres, Salmos, Priorat, 2009, Code SAQ : 10857690, 30,50 $

D’une couleur rouge rubis au contour légèrement violacé, ce vin offre au nez des notes grillées qui s’estompent à l’aération pour laisser la place à un superbe fruit rehaussé par des touches de cannelle et de girofle. La bouche est pleine et fine à la fois. On perçoit l’élevage jumelé à un fruit bien présent et des tannins relativement jeunes sans être inaccessibles. L’ensemble montre une belle fraîcheur causée par une acidité adéquate, et la finale possède une bonne longueur dans laquelle la réglisse noire s’exprime. Ce vin est de style plutôt moderne et je vous conseille de le passer en carafe au moins une heure avant le service pour lui permettre de s’équilibrer. Élaboré à partir de grenache, de cariñena et de syrah, il pourrait bien s’harmoniser avec un bon steak sur le barbecue. Ce Priorat de Torres peut facilement vieillir en cave et bien évoluer sur une période de trois à cinq ans.

Baron de Ley, Gran Reserva, Rioja, 2004 Code SAQ : 738997, 27,75 $

espagne-bergeron-fig2Ce superbe rioja, qui a maintenant neuf ans d’âge, montre une belle coloration rouge légèrement orangé. Les arômes expressifs qu’il dégage rappellent la prune bien mûre, le cuir, la menthe et la réglisse noire. À l’aération, des notes de gaufrettes au chocolat s’ajoutent à l’ensemble très charmeur. Le passage en bouche révèle une superbe fraîcheur, un fruit encore bien présent et des tannins bien fondus. L’ensemble montre un bel équilibre avec un élevage bien intégré. En finale, la cerise noire et le cacao laissent une sensation très agréable et soutenue. À mon avis, ce vin a atteint son plateau de maturité et y demeurera pendant quelques années si je me fie à la version 2001 de ce vin dégustée il y a près d’un an. Une température de service de 17-18 °C me semble idéale pour ce vin, qui pourrait bien se plaire avec des carrés d’agneau. À moins de 30 $, ce vin élaboré à partir de tempranillo constitue une occasion à ne pas manquer.

Professeur de chimie organique et de chimie du vin au CEGEP de Lévis-Lauzon. Titulaire d'une maîtrise en chimie organique. Administrateur pour le site fouduvin.ca Pour lui écrire : daniel.bergeron@cll.qc.ca

Réforme, amour et violence

« En relisant les études réalisées sur le système de santé depuis la réforme de 1971, André Lemelin a été forcé de constater leur très partielle…»

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

L’heure de l’apéro

«L’arrivée des beaux jours affiche un joli dégradé de rosé dans nos verres. Entre le barbecue, le matelas gonflable dans la piscine…»

Pesto de roquette candide

«Pour rendre grâce à l’été et pour nous donner un bref aperçu de l’approche Candide, John Winter Russell nous suggère cette salade …»

Vœux du présent

«Comme toute médaille a son revers, je songe à mon palmarès des « patients-plaies ». Car il y en a toujours. Il y a cette incroyable dame…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD