De réels défis pour les médecins résidents

Gérer des problèmes de santé mentale pendant la formation constitue un réel défi pour les résidents, les responsables des programmes de formation, les facultés et la FMRQ...

DÉTRESSE PSYCHOLOGIQUE, ÉPUISEMENT PROFESSIONNEL ET TROUBLES DE SANTÉ MENTALE

PAR DR LÉON TOURIAN

LES FAITS

Les taux de dépression des médecins résidents sont plus élevés que ceux des médecins en exercice et ceux de la population générale.

Le risque relatif de suicide est plus élevé chez les médecins résidents que dans la population générale.

Ces problèmes de santé mentale entraîneront des soins de moins bonne qualité, ainsi que des performances moindres dans le parcours de formation universitaire et un développement professionnel insatisfaisants.

fmrq-tourian-fig1Les problèmes de santé mentale chez les médecins résidents demeurent un sujet tabou.

Gérer des problèmes de santé mentale pendant la formation constitue un réel défi pour les résidents, les responsables des programmes de formation, les facultés et la FMRQ.

Les secteurs privé et public encouragent le retour au travail progressif, selon des protocoles préétablis, pour les employés ayant bénéficié d’un congé de maladie pour de tels problèmes. Il n’existe pas de tels protocoles pour les médecins résidents.

Un travail considérable reste à faire pour améliorer le dépistage, la prise en charge et le traitement des médecins résidents québécois à cet égard.

Le dépistage est-il la solution ? Quelle idée scandaleuse !

Notre principal défi : repérer les résidents vulnérables avant qu’ils aient des ennuis. Souvent, ils n’attirent l’attention que lorsqu’apparaissent des difficultés scolaires et professionnelles pouvant avoir des conséquences dévastatrices sur leur carrière.

Aux États-Unis, certaines facultés dépistent les troubles d’humeur, d’anxiété et d’abus de substances chez les étudiants et les résidents en médecine. Ces renseignements sont traités par les services aux étudiants et ne sont pas accessibles aux professeurs. Cette idée a-t-elle de l’avenir au Québec ? Les répondants donneraient-ils ces renseignements honnêtement ou les tairaient-ils, craignant d’hypothéquer leur carrière ? Et qui assurerait la gestion et le suivi des résultats du dépistage ?

Qui veille à la santé de nos résidents ? Dans un récent sondage auquel ont répondu 398 résidents de McGill, 75 % des répondants ont déclaré qu’ils n’avaient pas de médecin de famille. Sachant que les taux de dépression et de troubles de santé mentale sont plus élevés chez les résidents, on peut se demander qui diagnostiquera et endiguera les problèmes émergents liés à la dépression, à l’anxiété ou à l’abus de substances avant qu’ils ne fassent dérailler la carrière de ces jeunes médecins ? Comment, en tant que médecins qui s’enorgueillissent d’être d’ardents promoteurs de la prévention des maladies, pouvons-nous être aussi inefficaces lorsqu’il s’agit de prendre soin de nous-mêmes ?

La FMRQ, les facultés de médecine et les spécialistes de la première ligne doivent se concerter pour mettre en place des services accessibles aux résidents, qui tiennent compte de leurs horaires et qui sont prodigués à l’extérieur des milieux d’enseignement afin de protéger la confidentialité. Enfin, cela coûte beaucoup plus cher d’essayer de réparer le mal plutôt que de le prévenir, car ces problèmes n’affectent pas que les résidents, mais aussi les patients, les membres de la famille et les amis. Prendre soin de celles et ceux qui prennent soin des autres relève du simple bon sens.

PRÉSIDENT COMITÉ DU BIEN-ÊTRE DES MÉDECINS RÉSIDENTS (CBER) FÉDÉRATION DES MÉDECINS RÉSIDENTS DU QUÉBEC (FMRQ)

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»