Le chic se fait végé

Il est donc d’autant plus réjouissant qu’une institution gastronomique montréalaise, un Relais & Châteaux de surcroît, ait pensé à...

Le chic se fait végé

PAR MARIE-SOPHIE L’HEUREUX

Europea
Fine gastronomie
Montréal 
****1/2

Quand j’ai entendu parler du fait que Jérôme Ferrer, chef et propriétaire du Europea Relais & Châteaux, allait ajouter un menu végétarien et végétalien à l’offre de base de son institution, je me suis écriée : « Enfin ! Un qui a compris ! » On allait passer au « mode végé » plutôt que de se brancher sur la mode végé, qui, comme toute mode, finit par passer.

europea-lheureux-fig2Trop souvent, dans les restaurants, même dans certains grands restaurants de Montréal, on fait peu de place à table à celui ou celle qui se dit végétarien, ou pire, végétalien. La plupart du temps, on ne lui offre qu’une énorme salade du jardin, une salade grecque ou des pâtes au pesto afin qu’il puisse se sustenter « dignement ». Mais s’amuser ? Avoir du plaisir et savourer avec délectation le contenu de son assiette sans devoir manger des produits animaux ? Ne pas avoir trop faim deux heures plus tard ? C’est rare, très rare. Quelques restaurants, comme les 400 coups, ont pensé à offrir quelques plats végétariens ici et là sur leur carte. D’autres s’adaptent momentanément et parfois d’assez belle manière quand le client mentionne au passage qu’il est végétarien, mais ce n’est pas la norme. Il est donc d’autant plus réjouissant qu’une institution gastronomique montréalaise, un Relais & Châteaux de surcroît, ait pensé à intégrer un menu dégustation tout végé à sa carte régulière.

C’est donc accompagnée par Élise Desaulniers, auteure québécoise intéressée par l’éthique animale — et, vous l’aurez deviné, végétalienne à temps plein —, que je me suis rendue, un beau et frais soir de novembre, au magnifique restaurant Europea pour essayer ce fameux menu « 100 % » végé.

Il faut d’abord le dire d’entrée de jeu : qu’on soit végétarien ou non, l’Europea, c’est le havre gastronomique où la petite attention est reine, et ce, de l’entrée au dessert. Beurres aromatisés, nombreuses et délicates mises en bouche, prédesserts, post-desserts… Il y a toujours ce petit quelque chose d’adorable qui atterrit sur votre table quand vous vous y attendez le moins, ce qui contribue à rendre l’expérience d’autant plus satisfaisante.

Nous avons choisi respectivement les menus dégustation végétarien et végétalien. Il serait bien sûr trop long de dresser la liste exhaustive de tous les plats que nous avons savourés lors de ce repas assez unique (d’autant plus que vous trouverez la liste complète des plats sur le site internet du restaurant). Néanmoins, pour votre bon plaisir, voici une courte sélection des plats qui se sont attiré nos éloges les plus sentis.

Tout d’abord, le lait de chou-fleur aux pommes Granny smith, pop-corn à la truffe blanche. C’est l’équivalent végétarien du célèbre « cappucino de homard » de Jérôme Ferrer. Bien lacté, doux, avec une touche d’acidité, c’est la parfaite entrée en matière pour les froides soirées d’automne.

Un autre plat mémorable, mon préféré, fut l’étude sur le champignon, gnocchis au beurre de sauge (voir photo). Un pur délice. Ce qui confère à ce plat sa particulière réussite, ce sont, bien entendu, les champignons soigneusement choisis et apprêtés, mais surtout les gnocchis, poêlés à la perfection. Leur caramélisation apportent du corps et du tonus à un plat qui, autrement, aurait pu être correct sans plus. Surmonté d’une écume de lait et de touches vertes de sauge ici et là, c’est un plat charmant comme tout.

Un plat très impressionnant fut ensuite l’assiette — ou plutôt la pierre chaude — de racines de salsifis braisées à l’étuvée de bois d’érable avec sa caramélisation (directement sur la pierre) d’un nectar de fèves de soya à la pâte de sésame. Un plat goûteux et odorant malgré la délicatesse habituelle des salsifis. Évidemment, l’effet de caramélisation sur la pierre chaude est impressionnant. L’Europea, il faut le souligner, est doué pour le style de ses présentations. Poterie en argile à faire casser par le client et dans laquelle se trouve un bulbe de fenouil qui y a cuit lentement, livre magique duquel une fumée odorante s’échappe quand on l’ouvre, arbre à barbe à papa… On n’est pas encore tout à fait dans l’ultramoléculaire, mais les molécules sont très bien mises en valeur.

Le plat de légumes racines cuits au foin, avec jus d’échalotes confites à l’orange et son humus de légumineuses au ras-el-hanout (une épice europea-lheureux-fig1marocaine) est, quant à lui, un autre beau succès de cette incursion dans le monde du végétalisme haut de gamme. Coloré à souhait, goûteux et délicat, c’est un plat très raffiné… qui fut très aimé par mon invitée du jour.

Autrement, l’aligot migneron sur flamme vive qui suit est savoureux, bien goûteux, mais un peu lourd au sein de cette abondance de plats plutôt légers, qui, mis bout à bout, commencent à combler notre appétit. C’était délicieux… mais était-ce nécessaire ?

La liste des plats végétariens et végétaliens du Europea nous a d’abord laissées dubitatives lors de la consultation initiale de la carte. Il nous semblait y avoir trop peu de protéines végétales et nous craignions de sortir de table avec la faim au ventre, puisque nous appréhendions la petitesse probable des portions. Or, il n’en fut rien. Nous sommes sorties repues et très heureuses de cette expérience qui vaut son pesant d’or. n

+ : La belle créativité des plats proposés, la présentation, le service. Un vrai Relais & Châteaux, quoi !

: Malgré qu’ils soient très bien présentés et qu’on parle de desserts, certains desserts gagneraient à être un peu moins concentrés en sucre, comme l’étude noix de coco et chocolat blanc, qui n’a pas autant impressionné que certaines mignardises, plus simples.

 

EUROPEA
220$ pour deux avant vins, taxes et service

1227, rue de la Montagne
Montréal
514 398-9229 

A propos de Marie-Sophie L'Heureux

Voir tous les articles par Marie-Sophie L'Heureux
Marie-Sophie L'Heureux est la rédactrice en chef et éditrice de Santé inc. Elle est également critique gastronomique et journaliste pigiste pour d'autres médias.

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»