La parole est à vous !

La question qu’il vaudrait la peine de nous poser est la suivante : comment font les provinces du reste du Canada pour que leurs médecins de famille ne passent pas autant...

Lettres et commentaires

courrier-lheureux-fig1Bonjour Madame L’Heureux,

C’est avec un vif intérêt que j’ai lu votre dernier éditorial, paru dans Santé inc. en novembre dernier. Je m’intéresse beaucoup à la problématique du TDAH chez l’adulte, je suis d’ailleurs en train de parfaire mes connaissances à ce sujet auprès de la Dre Annick Vincent, psychiatre spécialisée dans ce domaine.

Je me suis récemment penché sur cette problématique du TDAH chez les étudiants postsecondaires et j’ai été fort surpris de constater que, dans ce sous-groupe de la population, les statistiques démontraient une utilisation des psychostimulants à des fins non médicales afin d’augmenter le rendement scolaire.

Je suis atterré que ce fait existe chez les étudiants en médecine. Doit-on, après mûre réflexion, en être si surpris ? Non, je ne crois pas. Pour être passé par ce chemin et avoir subi le stress et les exigences imposés par la formation en médecine — qui donnent l’impression qu’on doit être toujours le meilleur et, par conséquent, supérieur à ses collègues —, je comprends que plusieurs étudiants pensent recourir (et le  font) à des moyens peu orthodoxes pour parvenir à atteindre ce qu’on exige d’eux.

Votre article remet à la fois bien des choses en question, mais il est surtout troublant.

Merci pour cette réflexion.

Dr Denis Beaulieu, Val-Bélair

Bonjour Monsieur Sabourin,

Vous m’avez interviewé dans le cadre de votre reportage sur le chômage médical.

Je voulais simplement vous féliciter d’être parevenu à écrire sur un sujet qui n’est pas facile à traiter. Vous avez produit un reportage où tous les points de vue ont été représentés.

Merci de votre travail ; vous avez réussi à expliquer un problème complexe de façon objective.

Sincèrement,

Dr Joseph Dahine, Président
Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ)

Bonjour,

J’ai bien aimé l’article de Simon-Pierre Landry qui remet en question l’utilité des PREM et des AMP. Puisqu’une image vaut mille mots, voici mon interprétation de l’utilité des PREM et AMP. Ma réponse en photo :courrier-lheureux-fig2

La question qu’il vaudrait la peine de nous poser est la suivante : comment font les provinces du reste du Canada pour que leurs médecins de famille ne passent pas autant de temps que nous, ici, au Québec, dans les hôpitaux ? En répondant à cette question, la solution à nos problèmes d’accessibilité et de continuité des soins jaillira, car notre couverture de soins en première ligne s’amélio-rera, l’encombrement des salles urgences par les P4 et P5 diminuera, etc.

Dr Eric Sauvageau, MD (MU),
spécialiste en médecine familiale représentant local du DRMG et coordonnateur médical pour la première ligne CSSS Pierre-De Saurel

Réponse du Dr Simon-Pierre Landry

Merci de votre courriel, Dr Sauvageau.

J’aurais ajouté à cette illustration un peu de beurre d’arachide étendu sur la table pour le côté typiquement québécois. Il s’agirait d’illustrer qu’une partie des ressources est gaspillée chez nous dans l’échafaudage administratif, c’est-à-dire lorsque les médecins tournent en rond pour remplir des demandes ministérielles les forçant à faire ce qu’ils ne veulent pas faire (ils ne font alors que très peu de cette pratique « forcée » en AMP, et la productivité diminue en conséquence).

Les effets pervers de ces idées de planification centrale sont multiples, car elles ne tiennent pas compte des réactions de l’humain face à la coercition.

Merci encore,

Dr Simon-Pierre Landry

ERRATUM

Dans notre dossier sur le chômage médical de Novembre-Décembre 2013 paru en page 20, on mentionne, en page 20, que le Dr Simon Maltais est cardiologue. Or, ce dernier est chirurgien cardiaque. Merci au lecteur qui a relevé l’erreur. Nos excuses.

La rédaction

santeinc.com

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD