La parole est à vous!

Les honoraires professionnels des pharmaciens propriétaires, calculés pour la première fois par la RAMQ, sont des revenus bruts de pratique...

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage ou un article d’opinion pour la section perspectives, écrivez-nous à santeinc@cma.ca. C’est toujours un plaisir de vous lire !

Cover[2]

Bonjour,

J’aimerais commenter l’article du Dr Gladu, paru dans votre édition de juillet 2014. Je trouve dommage que votre revue laisse place à la croisade personnelle du DGladu. Depuis des années, le DGladu affiche dans ses nombreux articles des chiffres tendancieux et irréalistes en lien avec les revenus des pharmaciens propriétaires. Ces chifres, résultats de calculs simplistes, pourraient laisser croire que les pharmaciens propriétaires abusent du système de santé. La moindre connaissance comptable permettrait de comprendre qu’il tient compte des revenus bruts, mais aucunement des dépenses croissantes. Ceci porte préjudice à ses collègues professionnels de la santé et n’est tout simplement pas acceptable. J’ose espérer que votre revue laissera place à un commentaire éditorial rectifiant la situation. Je vous souhaite une bonne journée,

PHILIP MORGAN, PHARMACIEN JEAN COUTU

 

RÉPONSE DU DFRANÇOIS-PIERRE GLADU :

Bonjour,

Les honoraires professionnels des pharmaciens propriétaires, calculés pour la première fois par la RAMQ, sont des revenus bruts de pratique comme ceux des médecins qui sont régulièrement publiés dans les médias. Ce qui frappe, dans un contexte de coupures budgétaires, est la vitesse à laquelle ces revenus augmentent par rapport à ceux qui permettent le financement des cabinets de médecins et donc de 80 % des consultations médicales.

Il n’a nullement été mention de revenus nets ou de frais de pratique. Par contre, s’il fallait estimer ces derniers, il ne faudrait déduire qu’une partie des dépenses d’officine, l’autre s’appliquant au produit de la vente des médicaments d’ordonnance.

Évidemment, les dépenses liées aux conseils facturés hors RAMQ et prodigués par une infirmière, les dépenses liées à la vente de médicaments sans ordonnance et celles liées aux activités commerciales doivent être exclues des déductions sur les revenus bruts RAMQ.

Loin d’une croisade ou d’un vague complot, il s’agit de fournir au lecteur l’ensemble des données qui sont pertinentes, en toute transparence, afin de s’assurer du bien-fondé des décisions difficiles auxquelles nous faisons tous face. La qualité des services aux patients et la pérennité du réseau public de santé | en dépendent.

FPG

Bonjour madame L’Heureux,

Je prend quelques minutes de mon dimanche pour vous écrire. Je viens de lire votre texte « Avec le temps ».

Je suis une jeune omnipraticienne qui fait de l’urgence, de l’hospitalisation, du sans rendez-vous et de la prise en charge. La pression publique comme la pression personnelle me poussent toujours à en faire davantage… tout en tentant de garder mon équilibre intérieur et de tendre vers la zénitude.

Votre texte évoque exactement comment je peux me sentir. Ce dernier (et d’autres aussi avant) m’a fait du bien ce matin.

Je voulais simplement vous dire merci!

SOPHIE MAURICE, MD

courrier-lheureux-fig2

santeinc.com

La parole est à vous!

« Nous avons besoin de ce temps avec notre médecin pour ces rencontres. C’est la vie du patient qui se joue. Qui répondra à nos…»

Docteur Novateur

«Michael Roskies travaille dans le respect de ceux qui sont passés avant lui et cherche avec ferveur à s’améliorer pour ceux qui…»

Briser les murs de l’inconnu

«Il n’y a aucun client, sauf moi, mais la grand-mère qui tient le phare me fait signe d’entrer quand même. Elle me fera à manger même…»

De la poutine chez Trump

«Les restaurateurs ont trouvé leur rythme de croisière. C’est qu’il n’est pas évident de concevoir une carte québécoise susceptible de…»

Chaudrée de fruits de mer

« Avec l’ouverture de Riviera, j’espère apporter quelque chose de nouveau à Ottawa, voire devenir la pierre angulaire de la scène…»

Réalités vigneronnes

«Au cours de mes dernières années dans le monde du vin, j’ai rencontré beaucoup de gens qui rêvent d’acheter un lopin de vignes…»