Beau Noël vinicole

Il est d’abord essentiel de se procurer quelques vins mousseux qui pourront être servis en apéritif le soir de Noël ou pour souligner...

BIEN BOIRE

PAR DANIEL BERGERON

Encore une fois cette année, je vous fais part de mes recommandations et conseils afin de vous faire passer un excellent Noël vinicole.  Il n’est d’ailleurs jamais trop tôt pour préparer le temps des fêtes qui arrive à grands pas en se munissant d’une réserve de vins qui saura répondre aux différentes situations qui peuvent se présenter et ainsi ne jamais être pris au dépourvu.

noel-bergeron-f2-001

Il est d’abord essentiel de se procurer quelques vins mousseux qui pourront être servis en apéritif le soir de Noël ou pour souligner l’arrivée du Nouvel An. Je vous propose dans un premier temps le Bailly-Lapierre Crémant de Bourgogne Brut, qui représente un excellent mousseux pouvant être servi en apéritif. Élaboré à partir de pinot noir à 100%, il offre au nez de jolies notes de citron ainsi qu’une touche de mie de pain et de noisettes. Les notes de citron perçues au nez reviennent en bouche, lui conférant une fraîcheur exemplaire. Une légère pointe d’amertume agréable complète bien l’ensemble, qui se veut bien équilibré. La finale est d’une bonne persistante.

Si vous recevez beaucoup de gens et que vous voulez servir un bon mousseux à prix plus modique, je me dois de vous rappeler que le Hungaria Grande Cuvée Brut est imbattable à ce point de vue. Servi bien frais, il saura assurément surprendre vos invités par sa belle fraîcheur en bouche et son fruit charmeur rappelant la pomme verte. Et si vous désirez y aller avec un champagne relativement abordable, le Ayala Brut Majeur pourrait bien surprendre. Il offre un beau fruit rehaussé de notes de brioche et de pain grillé. En bouche, il montre une belle acidité, beaucoup de corps et de texture dans une longue finale savoureuse. Il vaut amplement le prix demandé.

noel-bergeron-f1Pour les vins blancs, j’ai été agréablement surpris par le Chablis de Joseph Drouhin 2013. Ce vin élaboré à partir de chardonnay se distingue avec ses arômes de citron, de pomme verte, de pêche et de miel. En bouche, on dénote une bonne acidité donnant une agréable fraîcheur jumelée à des notes de zeste de citron et de noyau de pêche. Il pourra être servi en apéritif ou accompagner des canapés. Une autre belle découverte a été le Castello della Sala Bramìto del Cervo 2013. C’est un chardonnay italien de la région d’Ombrie qui montre des arômes de noisettes, du fruit à chair blanche et une notre grillée subtile. La bouche est assez grasse, avec une belle acidité et un côté légèrement citronné et épicé.

L’ensemble est équilibré et savoureux à souhait. Il saura bien accompagner la dinde du temps des fêtes.

Concernant les vins rouges, j’aimerais vous suggérer trois véritables coups de cœur. D’abord, un vin italien de la région des Pouilles, le Notarpanaro, Taurino Salento i.g.t. 2006. D’une teinte rouge légèrement orangée, ce vin offre des arômes de cerises séchées, cannelle, gingembre, girofle et réglisse.  En bouche, c’est très bien balancé entre le fruit, l’acidité et la matière présente qui montre des tannins bien fondus. Je servirais ce vin avec la traditionnelle tourtière du Lac Saint-Jean et je vous conseillerais de le passer une heure en carafe pour lui permettre de mieux dévoiler ses arômes. Les cépages utilisés pour l’élaboration de ce vin sont le negroamaro (85%) et le malvasianera (15%).

Ensuite, un vin espagnol de La Rioja, le Coto de Imaz, Gran Reserva 2004. Âgé de dix ans, il constitue à mon avis un bel exemple d’un vin qui est à point. On dénote de prime abord des arômes de caramel et vanille jumelés à des notes de cerises bien mûres et de cuir. Des notes tertiaires rappelant le sous-bois sont aussi perceptibles au nez. En bouche, on retrouve un très bel équilibre entre le fruit toujours présent, des notes subtiles de bois, une touche de cannelle et des tannins bien fondus. Ce vin élaboré avec du tempranillo pourra rester sur son plateau encore au moins 5 ans. Je le servirais avec un rôti de bœuf.

Le troisième est un vin bordelais, le Château Bel-Orme Tronquoy de Lalande 2005. Ce vin montre bien à quel point le millésime2005 est extraordinaire à Bordeaux. Il commence à peine à montrer des signes d’évolution et pourra tenir la route encore un bon bout de temps. Quant aux arômes perçus au nez, on décèle un mélange de fruits rouge et noir ainsi que des notes de cuir, de tabac et de cèdre. Lors de la mise en bouche, on constate une bonne acidité et un fruit bien présent appuyé par des tannins très accessibles. L’ensemble est agréable et se montre bien équilibré. Ce vin constitué de merlot (60%), cabernet sauvignon (30%) et cabernet franc (10%) représente un excellent achat considérant le prix et le millésime.  Il accompagnera très bien le gigot d’agneau.

Pour terminer, je vous suggère un vin de desserts le Château Peybrun 2009. J’ai toujours bien aimé ce vin liquoreux de l’appellation Cadillac, car il en donne beaucoup pour le prix, peut importe le millésime. Il saura vous charmer avec ses arômes d’abricot séché, d’écorce d’orange et de miel. En bouche, la texture est soyeuse et on retrouve les notes d’abricot perçues au nez, auxquelles s’additionnent une belle note grillée. La finale est longue et savoureuse. Ce vin se veut un dessert en soi, mais on pourrait le servir avec une crème brûlée, tarte aux fruits et pourquoi pas, un gâteau au fruits du temps des fêtes.

J’espère que mes suggestions vous permettront de mieux mettre en valeur les nombreux plats de votre menu du temps des fêtes. Je vous souhaite un joyeux Noël et une excellente année vinicole pour 2015. Santé!

vino

Professeur de chimie organique et de chimie du vin au CEGEP de Lévis-Lauzon. Titulaire d'une maîtrise en chimie organique. Administrateur pour le site fouduvin.ca Pour lui écrire : daniel.bergeron@cll.qc.ca

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD