Bleu Danube

« J’ai en fait souvent espéré qu’un jour, j’irais à Vienne voir les valseurs et valseuses aux sourires un peu trop épanouis danser sur le Beau... »

RÉCIT DE VOYAGE

TEXTE ET PHOTOS : MARIE-SOPHIE L’HEUREUX

J’ai 5 ans. Je m’apprête à monter sur la scène de la Salle André-Mathieu, à Laval. Mon père et ma mère sont dans la salle. Ma mère tient un petit bouquet de fleurs et mon père est armé de sa caméra vidéo pour immortaliser mes prouesses de grande danseuse étoile en devenir. Il fait noir. Les premières notes du Beau Danube bleu se font entendre, cristallines. J’ai toujours aimé cette mélodie de Strauss et la valse viennoise qui la caractérise. J’ai en fait souvent espéré qu’un jour, j’irais à Vienne voir les valseurs et valseuses aux sourires un peu trop épanouis danser sur le Beau Danube bleu et imaginer que je serais l’une des danseuses à la robe ample et à la taille gracile.

1-croisiere-lheureux-fig11

Et pourtant, un jour de novembre, c’est arrivé. Ce rêve n’était plus seulement un rêve. Je n’ai peut-être pas dansé à Vienne, mais j’ai été invitée à participer à une croisière fluviale sur le majestueux Danube, à bord de l’un des navires de la très chic compagnie AmaWaterways. De l’Allemagne à la Hongrie, en passant par l’Autriche et par un prélude terrestre en République tchèque, j’allais explorer une partie de l’Europe de l’Est par la voie maritime.

C’est donc on ne peut plus ravie qu’en novembre dernier, je me suis donc envolée pour Prague, pour cette croisière d’une semaine précédée d’un séjour autonome de trois jours en République tchèque.

PRAGUE, « PARIS DE L’EST »

1-croisiere-lheureux-fig6 Disons-le d’entrée de jeu, j’ai visité plusieurs villes et pays dans ma vie, 1-croisiere-lheureux-fig3mais je n’ai jamais été à Paris (c’est vrai!). Je n’ai donc aucune manière de vérifier s’il est vrai que Prague est le « Paris de l’Europe de l’Est ». Je sais toutefois qu’en y arrivant, on est bel et bien en Europe, car l’architecture est magnifique. Je sais aussi que la République tchèque est bien connue pour sa pilsner Urquell, bière blonde très appréciée des « biérophiles ». C’est à peu près tout ce que je sais du pays d’où je me trouve alors.

1-croisiere-lheureux-fig1J’ai loué un petit appartement pour trois nuits. Je le partage avec un religieux allemand qui occupe une chambre voisine et qui étudie les langues à Prague pendant que la propriétaire est à l’extérieur de la ville. L’appartement est modeste, comme la plupart des appartements de Prague, et rempli de tableaux peints par la propriétaire.

Au cours de ces trois jours, je fais la rencontre de Dominik Janda, un ami de ma sœur, qui me fait visiter les plus chouettes coins de la ville, comme l’horloge astronomique de Prague ou l’impressionnant château de Prague, et me fait découvrir en chemin la bière tchèque et ses variantes, dont la mousse de bière sans bière, la becherovka, un alcool traditionnel à base d’herbes secrètes, le tartare tchèque, le vin chaud aux épices, le genou de porc rôti, les strudels aux prunes, la culture du café — c’est d’ailleurs un truc sérieux là-bas, le café, comme en font foi les fréquents concours de baristas — et tellement d’endroits tous plus jolis les uns que les autres. Prague, c’est le charme européen… avec une touche de modestie. Les gens semblent distants, mais ils sont absolument ouverts et charmants lorsqu’on daigne leur adresser la parole. Le dernier soir, avant de partir rejoindre ma tante, Suzanne, qui m’accompagne pour le reste du voyage et m’attend à Vilshofen en Allemagne avec l’équipage du AmaPrima, je m’installe dans un bar marginal et enfumé (on a encore le droit de fumer dans les bars en République tchèque), le Bukowski’s, sirote une pilsner et m’enfile un dernier shooter de becherovka. Na zdraví !

À BÂBORD TOUTE!

1-croisiere-lheureux-fig16 1-croisiere-lheureux-fig18 1-croisiere-lheureux-fig13Après un trajet en bus de la République tchèque jusqu’à Regensburg, charmante et colorée petite ville d’Allemagne où j’ai pu savourer de délicieuses wurst à la moutarde au restaurant Wurstküche, situé à un jet de pierre du Danube, nous avons pris la route vers Vilshofen, où tout le personnel de l’AmaPrima nous attendait en grande pompe, champagne et rose rouge à la main. Au cours du voyage, je réaliserai d’ailleurs que le personnel d’AmaWaterways, bien au-delà de l’impressionnant accueil initial, est constitué d’employés hors pair, triés sur le volet. Aux petits soins avec les passagers, toujours souriants, alors qu’ils sont souvent loin de leurs propres familles et qu’ils doivent demeurer des semaines à bord du navire en raison des croisières qui se succèdent, ils sont constants, dévoués et à leur affaire. Quand je penserai à mon expérience avec AmaWaterways, je songerai bien sûr aux destinations magiques où on nous a emmenés, aux repas tous absolument plus divins les uns que les autres à bord, à la quintessence des vins servis et à l’incroyable chic des installations, mais je penserai aussi beaucoup à Andrea Farkas, Valentin Valchev, Andreea Dumitru et Artur Cybulski qui ont fait de mon périple un voyage inoubliable. Et que dire du directeur de croisière, l’incroyable John Riley, toujours poli, souriant, prêt à vous aider à la moindre interrogation! John, c’est l’homme de la situation en toute situation. Toujours soucieux de votre bien-être, il est la figure qui rallie la direction du navire, les employés et les passagers.

 

LES CROISIÈRES AMAWATERWAYS

1-croisiere-lheureux-fig17Les croisières AmaWaterways sont organisées au quart de tour, et absolument rien n’y est laissé au hasard. C’est le produit de voyage parfait pour les gens qui aiment rencontrer d’autres personnes et qui désirent le faire dans un contexte très encadré, qui préfèrent voguer sans mal de mer — les croisières fluviales étant beaucoup plus tranquilles que les croisières océaniques — et qui souhaitent que tout soit pris en charge, du vol de départ jusqu’au vol de retour.

itineraireL’AmaPrima est un navire très luxueux, confortable et conçu pour un nombre restreint de personnes, soit 164 passagers. On y trouve
tous les équipements dernier cri et le décor y est fabuleux, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Chaque soir, on laisse à votre cabine — grande, bien décorée et confortable considérant l’espace disponible —– un feuillet d’informations détaillant la programmation du lendemain, quelques notes culturelles ou historiques du prochain village ou de la prochaine ville où s’arrêtera le navire, les prévisions météo ainsi qu’une recette thématique à rapporter chez soi et associée au voyage qui a cours. Les activités à bord sont variées et intéressantes — dégustations de vins, gala, cocktail du capitaine, piscine chauffée, spectacles de musique autrichienne, oktoberfest — et vous laissent à peine le temps de vous ennuyer. Quant à la cuisine, en parler mériterait qu’on y consacre une pleine page. Le chef Gino Guidagni et sa brigade font de véritables miracles gastronomiques à bord. Les buffets sont bien garnis, d’une qualité étonnante, et la sélection des menus est complète et tout simplement hors de l’ordinaire. Dire qu’on y a bien mangé relèverait donc de l’euphémisme!

1-croisiere-lheureux-fig7VILLES ET VILLAGES CAPTIVANTS

Le navire, bien que fabuleux, n’est pas le seul à combler ses passagers de bonheur. Les lieux où les escales se déroulent sont tout aussi impressionnants. Salzbourg, avec sa saucisse blanche, sa bière locale et la maison où est né Wolfgang Amadeus Mozart; Vienne, avec son marché de Noël et ses danseurs étoiles; Krems, Melk et Dürnstein et les vignobles de la Wachau Valley; Linz et son impressionnant château; Passau, ses églises et ses chocolateries; Budapest et son salami hongrois, son paprika et sa bière noire. La liste de choses à voir et à faire durant la croisière sur le Danube est sans fin. Et dire que ce ne sont là que de minuscules aperçus de ces destinations toutes plus extraordinaires les unes que les autres!

VUES DANUBIENNES

Certes, la vedette de ce grand voyage, ce ne sont ni les passagers, ni les employés, ni le navire, ni les escales, mais le Danube lui même. Ma tante et moi avons passé de nombreux moments de la charmante terrasse de notre cabine ou du pont principal à contempler les paysages qui le surplombent. De l’Allemagne à la Hongrie, en passant par la majestueuse Autriche, les châteaux médiévaux et les églises gothiques que l’on croise au détour du fleuve foisonnent et sont joliment encerclés par des vignobles de l’automne doré et des ciels complètement bleus et lumineux. Du Danube, la vue du village de Dürnstein est à couper le souffle et vaut à elle seule le détour. On n’a tout simplement pas assez de paires d’yeux pour tout regarder. C’en est presque stressant tant on ne veut rien manquer et qu’on souhaite s’imprégner de la beauté de tous ces paysages enchanteurs et les capter à jamais dans notre mémoire! Le dernier soir de la croisière, le capitaine, Achim Miertschin, fait voguer l’AmaPrima pour un dernier tour de piste féérique à Budapest, toute belle et toute dorée dans les lueurs reflétées par la nuit noire et se jetant en chœur dans le deuxième plus grand fleuve européen. La devanture de tous les édifices officiels et gouvernementaux est illuminée. C’est dans une valse de splendeurs lumineuses que nos yeux se perdent une toute dernière fois dans l’immense Danube bleu, dont j’avais tant rêvé…

NOTE : Ce voyage, à l’exception du séjour terrestre à Prague, a été entièrement payé par la compagnie AmaWaterways. Nous remercions son personnel de nous avoir permis de vous offrir ce récit de voyage. Un merci tout particulier à ma tante, Suzanne L’Heureux, qui a accepté d’être ma co-chambreuse pour l’occasion.

A propos de Marie-Sophie L'Heureux

Voir tous les articles par Marie-Sophie L'Heureux

Marie-Sophie L’Heureux est la rédactrice en chef et éditrice de Santé inc. Elle est également collaboratrice santé à Radio-Canada, critique gastronomique au Guide restos Voir et pigiste pour d’autres médias.

Quoi d’neuf, docteur ?

«Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? »

Bébés, bois et AMM

«Mue par une « sourde », mais « féconde colère », Marilyse Hamelin étaie sa thèse de façon convaincante. L’auteure a elle-même renoncé…»

Chéri, j’ai automatisé les placements

«Mais quelle est l’incidence réelle de ces technologies financières, dans le secteur des services financiers, sur l’ensemble des… ?»

Survivre aux fêtes

«C’est dans votre salon que toute la famille est attendue pour trinquer en cette fin d’année. Vous avez sans doute déjà eu une petite pensée…»

Tartare de betteraves

«Imaginez le bonheur, pour des restaurateurs, de s’approvisionner en succulents fruits et légumes directement de la ferme lorsque la ferme…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD