La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer une lettre, un témoignage ou un article d’opinion pour la section Perspectives, écrivez-nous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage ou un article d’opinion pour la section Perspectives, écrivez-nous à santeinc@cma.ca. C’est toujours un plaisir de vous lire!

COURRIER

DU RESPECT POUR LES MÉDECINS RETRAITÉS, S’IL VOUS PLAÎT !

Bonjour, Nous venons de recevoir la nouvelle « classe de cotisation » qui abolit la précédente pour les médecins retraités de la part du Collège des médecins du Québec. Nous voudrions manifester dans vos pages notre indignation à l’égard du Collège, qui a reçu copie de notre lettre.

Le Collège n’y fait pas mention de « classification de médecins », mais de « classe de cotisation ». On y lit aussi qu’un membre « inactif » peut être inscrit au Tableau du Collège moyennant une cotisation (encore une !) lui permettant de garder son titre de « médecin », mais sans aucun droit ou privilège, même occasionnel, relié à la pratique médicale. Pas de cotisation, pas de titre de médecin ! Le Dr Charles Robert Taché détient un diplôme de  docteur en médecine « magna cum laude » de l’Université de Montréal. Il a obtenu ce diplôme en 1961. Le Collège sait très bien que ce titre est le sien et qu’il lui est décerné à vie, et ce, qu’il pratique ou non la médecine.

Exiger une cotisation pour utiliser ce titre comme le Collège le fait nous apparaît comme un chantage inacceptable. Croit-on que nous soyons assez stupides pour que nous acceptions de payer, alors qu’on ne nous reconnaît aucun droit ou privilège professionnel et que le titre de médecin, nous le possédons déjà à vie (et même après notre mort, sur notre pierre tombale !) ?

courrierLe Dr Taché a pratiqué pendant cinquante ans à titre de chirurgien, professeur, chef de service, directeur général d’un centre hospitalier, tout ça avec la plus grande compétence et la plus grande conscience professionnelle. Il a choisi de prendre sa retraite il y a quatre ans, librement, et avec la plus grande lucidité, tout en gardant malgré tout les yeux bien ouverts sur ses centres d’intérêt et sur tout ce qui touche à la médecine. Les médecins retraités que nous sommes sont réduits à moins que rien, à moins de payer cette cotisation sans laquelle on ne nous reconnaît plus comme médecin. Il a toujours été reconnu que les médecins retraités pouvaient continuer de prescrire à l’occasion, pour venir en aide à des proches dans le besoin, à défaut d’avoir un médecin traitant ou d’avoir un médecin inaccessible. La prescription de cinq ou six médicaments par année pour des affections bénignes, comme le Pantoloc, la crème de cortisone ou le sirop contre la toux, a permis à beaucoup d’éviter les urgences. Ils nous en sont très reconnaissants. On dit qu’il pourrait y avoir certaines prescriptions inappropriées et rédigées par des médecins retraités ; convenons que ces prescriptions inappropriées sont aussi fréquentes chez les médecins « actifs » ! La décision du Collège est d’autant plus incompréhensible qu’il est en ce moment permis aux infirmières et aux pharmaciens de « diagnostiquer, prescrire et traiter » dans certaines circonstances. N’est-ce pas là de la pratique médicale, avec toutes les erreurs qui peuvent en résulter ? Pourquoi une telle chose serait beaucoup trop dangereuse entre les mains de médecins chevronnés… mais « retraités » ?

Les injections de toutes sortes (Botox, Restylane, Juvéderm, etc.) sont faites partout par des secrétaires, techniciennes, esthéticiennes. Ceci ne relève-t-il pas de la pratique médicale, avec toutes les complications sérieuses qui peuvent en résulter ?Pourtant, elles existent, et je n’entends pas le Collège à ce sujet… Les composantes dites techniques et à coûts scandaleux ou la vente de produits commerciaux dans les cabinets ne devraientelles pas susciter plus d’interrogations au Collège ? Pourquoi s’acharner plutôt sur les médecins retraités ? Non, encore une fois, les médecins retraités, que le Collège appelle « inactifs », sont beaucoup trop dangereux avec leurs quelques ordonnances annuelles et ne rapportent pas suffisamment au Collège ; ils sont sans intérêt. À défaut d’être admiratif et de les remercier pour leur dévouement et leur compétence, il est plus facile de les humilier et de les réduire à moins que rien. Au 1er juillet 2016, alors qu’entrera en vigueur cette nouvelle politique de cotisation du Collège des médecins, nous fermerons notre porte au nez des années mortes et en effacerons ainsi tout souvenir que nous laisse le Collège.

Dr Charles Robert Taché, MD
Dr Pierre Audet Lapointe, MD
Dr Marcel A. Dion, MD

Précision : La section du courrier des lecteurs est exclusivement consacrée à la libre opinion. Les opinions des auteurs ne sont donc pas des positions officielles du magazine Santé inc., de l’Association médicale canadienne ou de ses filiales.

ACTUALITÉS

18e CONGRÈS DE L’AMQ

Les 15 et 16 avril prochains, l’Association médicale du Québec tiendra son 18e congrès sous le thème de la gouvernance clinique. Les médecins doivent composer avec les effets de l’adoption des projets de loi 10 et 20. L’organisation structurelle et fonctionnelle des ressources et des services est désormais différente, les besoins évoluent et la population s’attend à une accessibilité aux soins améliorée. Selon l’AMQ, l’heure est à la mise en place d’un modèle unificateur, réaliste et efficace de gouvernance clinique.

Avec ses conférenciers renommés, ses panels d’intervenants et ses ateliers de travail participatifs, l’AMQ promet que ce congrès sera collé sur votre réalité en tant que médecin. Vous pourrez aller y identifier les leviers qui vous permettraient d’atteindre les cibles d’excellence en proposant un modèle de gouvernance et des actions pour le mettre en oeuvre s’inspirant d’expériences réussies ailleurs dans le monde.

Les résultats d’un vaste sondage réalisé auprès des médecins quant aux principes de gouvernance clinique y seront d’ailleurs dévoilés et viendront alimenter les échanges durant le congrès. Ce sondage aura lieu en février 2016 et servira à mesurer le niveau d’adhésion des médecins aux grands principes devant prévaloir dans une gouvernance clinique efficace comme la responsabilité, l’imputabilité, l’interdisciplinarité, l’engagement, la performance, pour ne nommer que ces derniers. Le sondage permettra aussi d’identifier les principaux obstacles et freins à l’implantation d’une bonne gouvernance clinique.

18E CONGRÈS DE L’AMQ

LA GOUVERNANCE CLINIQUE : L’HEURE DES CHOIX !

Les 15 et 16 avril prochains
Hôtel Hyatt Regency Montréal
amq.ca – section AMQ en action/Congrès

PREMIER COLLOQUE SUR LES MÉDECINS GESTIONNAIRES

Le premier colloque AMQ-AMC pour les médecins gestionnaires, tenu à Montréal le 19 novembre dernier, a connu un vif succès tant sur le plan du nombre de participants qui s’est avéré supérieur aux attentes que par l’engagement de ces derniers. D’ailleurs, l’évènement a donné naissance à un premier regroupement de médecins gestionnaires au Québec. Six participants se sont en effet portés volontaires pour donner une voix officielle à cette alliance au sein de la profession médicale. Le colloque a été l’occasion pour les participants de s’entretenir avec des panélistes aguerris provenant de toutes les régions du Québec. Ces participants ont salué l’AMQ et l’AMC d’avoir pris l’initiative d’organiser ce colloque pour les médecins gestionnaires qui a permis de jeter les bases d’un nouveau regroupement pour ces derniers.

 

santeinc.com

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD