Hors de l’eau

«Le début de la pratique engendre sa part de stress et d’inconnu. Avec les récents changements fiscaux et de facturation...»

KATHLEEN PELLETIER, planificateur financier Gestion MD limitée

Le début de la pratique engendre sa part de stress et d’inconnu. Avec les récents changements fiscaux et de facturation médicale, vous êtes de ceux qui se demandent comment ils entameront leur pratique sans trop angoisser et garder la tête hors de l’eau pour ce qui est des aspects financiers de celle-ci ? Il va sans dire qu’il est inévitable de devoir vous entourer de spécialistes prêts à vous accompagner dans ces transitions importantes. Votre planificateur financier est le « médecin de famille » de vos finances. Il saura vous écouter, établir les objectifs et priorités, offrir des solutions adaptées ainsi que vous recommander de consulter un spécialiste tel qu’un comptable, un notaire ou autre en temps opportun.

Tete a l'eauMéfiez-vous des feux d’artifice !

Visitez-vous plusieurs concessionnaires lorsque vous changez de voiture ?

Pourquoi ne pas faire de même pour choisir votre planificateur financier ? Il s’agit de bien plus que de trouver un service à bon prix. Votre conseiller vous suivra certainement durant plusieurs années : il est important que vous vous sentiez parfaitement en confiance avec lui. Tentez également de trouver un conseiller qui s’y connaît en clientèle médicale. Il sera entouré de spécialistes également centrés sur vos besoins. Les conseils n’en seront que plus sophistiqués et les risques d’erreur, diminués. Attention toutefois aux feux d’artifice ! Au-delà des premières impressions, quel est l’historique du conseiller, de l’équipe, de la firme ? Quel est son mode de rémunération ? Quels sont les frais de gestion de vos comptes ? Demandez conseil à votre entourage ou à vos futurs collègues, surtout à ceux ayant plus d’années d’expérience. Notez deux ou trois noms, et prenez rendez-vous !

Plusieurs aspects à revoir

Au moment de votre transition à la pratique, plusieurs aspects de votre planification financière seront à revoir. Pour beaucoup, ce sera enfin le moment d’entamer le remboursement de leur dette, mais il faudra commencer par gérer leur facturation. Il y a un délai à prévoir entre le premier jour de travail et le début des paiements par la RAMQ. Vous serez alors travailleur autonome, et il faudra donc prévoir les impôts. Vous voudrez tenter de diminuer cette facture d’impôt. La constitution en société fera partie de vos discussions avec le planificateur financier et le conseiller fiscal. L’heure sera aussi aux nouveaux projets de vie : achat de maison, mariage, arrivée d’un enfant, etc. Cela impliquera donc de parler d’aspect légal et de planification successorale. Et pour couvrir tous ces besoins, un parapluie très important pour vous protéger des aléas de la vie sera de mise dans vos discussions : les assurances. Oui, ça en fait beaucoup ! Essayons d’y voir un peu plus clair.

Assurez-vous… d’être bien assuré !

Votre parcours d’études tire à sa fin. Personne ne pourra contredire que vous avez dû

travailler très fort pendant de nombreuses années. Vous avez fait beaucoup de sacrifices pour atteindre votre but, et cela est tout à votre honneur. Maintenant, il faut protéger vos acquis… et en bâtir de nouveaux.

À la suite de l’obtention de votre avis de conformité au PREM, vous ne pourrez amorcer votre pratique sans vous munir d’une assurance responsabilité professionnelle. Cette assurance vous couvrira pour tout problème médicolégal telle la faute professionnelle. La plupart des établissements de santé vous obligeront à prouver que vous détenez bien cette couverture. L’Association canadienne de protection médicale (ACPM) est le principal fournisseur de cette assurance. Une portion du tarif est même remboursée par la RAMQ. Pensez donc à demander le formulaire de demande de remboursement. En tant que travailleur autonome, les frais payés pour cette assurance sont aussi déductibles de vos revenus.

Les assurances invalidité, après l’assurance responsabilité, seront les plus importantes pour votre sécurité financière. Il s’agit de votre assurance salaire. En cas d’incapacité temporaire ou permanente d’accomplir vos fonctions, cette protection vous garantira un revenu mensuel jusqu’à votre retour au travail, ou jusqu’à 65 ans dans le pire des scénarios. Il existe sur le marché des assurances invalidité de type collectif et de type individuel. Chacune ayant leurs particularités, il est important de rencontrer un conseiller en assurance pour déterminer la couverture la plus adaptée à vos besoins. Une combinaison des deux types de couvertures peut aussi être mise en place pour une optimisation du rapport couverture-prix.

Plusieurs facteurs entreront dans le processus décisionnel favorisant l’une ou l’autre des solutions, ou même deux d’entre elles : votre âge, vos conditions de santé préexistantes, vos habitudes de vie ainsi que vos protections actuelles. La période idéale pour la révision ou l’augmentation de cette couverture se trouve dans les deux mois précédant votre début officiel et jusqu’à 90 jours après la date d’obtention de votre permis d’exercice. Si vous n’aviez pas déjà de couverture d’assurances invalidité, il n’y a pas de date limite pour y souscrire. Si vous avez déjà une protection, assurez-vous de respecter le délai depuis votre début de pratique pour avoir accès à une augmentation de protection à laquelle vous avez droit pour votre première année de pratique.

Des limites de couverture sont préétablies pour votre première année de pratique sans que vous ayez à fournir de preuve de revenu (attention, cela peut toutefois varier d’un assureur à l’autre) :

Spécialistes : 11 000 $/mois
Médecins de famille : 7000 $/mois

Vous serez aussi dans l’obligation de vous munir d’une assurance médicaments. Depuis le 1er janvier 1997, la loi prescrit cette obligation, et la RAMQ couvre la population ne bénéficiant pas d’une couverture par le biais du travail ou d’une association. L’Association médicale du Québec (AMQ) ainsi que les fédérations médicales (FMOQ et FMSQ) offrent cette couverture. Vous devrez donc choisir entre ces deux options principales, à moins que vous puissiez bénéficier du plan de votre conjoint ou conjointe.

Votre planificateur financier révisera également vos besoins en assurances vie pour couvrir vos actifs et vos proches en cas de décès prématuré. Il fera intervenir le conseiller en assurance afin de discuter des différents produits offerts et de trouver la solution optimale.

Quelques autres types d’assurances existent et pourraient vous être utiles : assurance de frais généraux du cabinet, assurance maladie grave, assurance soins de longue durée.

Assurances

Réalités fiscales

Contrairement au salarié que vous étiez lors de votre résidence en médecine, le travailleur autonome que vous devenez encaissera maintenant son revenu brut. Aucune retenue pour charges sociales et fiscales ne sera faite. C’est à vous de prévoir le tout pour éviter les mauvaises surprises du mois d’avril !

À ce stade, il sera primordial de vous trouver un comptable, de surcroît un comp-table spécialisé auprès des médecins. Votre planificateur financier devrait connaître des comptables de confiance vers qui vous diriger. La complicité entre ces deux derniers facilitera également votre gestion financière puisque la communication d’information sera simplifiée. Vos spécialistes vous guideront pour :

1)    Faire le suivi de vos dépenses déductibles

Toutes dépenses engagées dans l’objectif de gagner votre revenu de pratique pourront être utilisées comme déduction de votre revenu brut. Que vous payiez vos cotisations annuelles aux fédérations/associations/collège, aux congrès de médecine, des frais de bureau ou de papeterie, gardez vos factures ! Toute la bibliothèque médicale que vous avez accumulée durant vos études et votre résidence peut maintenant devenir un actif de votre entreprise, et vous pouvez en déduire un amortissement annuel.

2)    Prévoir les impôts à payer

Pour votre première année de pratique, ou lorsque vous faites du dépannage, le gouvernement n’est pas avisé de votre statut de travailleur autonome, alors il ne vous exige aucun acompte provisionnel pour cette première année. Vous ferez votre déclaration de revenus au plus tard à la fin d’avril 2018. Vous devrez, à ce moment, payer votre impôt total dû sur vos revenus de pratique de l’année 2017. C’est lors de la deuxième année de pratique que la facture fait habituellement le plus mal : en plus d’avoir à régler la facture d’impôt du mois d’avril, vous devrez vous acquitter du même montant au courant de la même année en deux versements, soit un en septembre et un en décembre. En fait, vous réglerez en avril la facture d’impôt de l’année précédente. Ensuite, le gouvernement vous demande de payer votre impôt pour l’année courante au lieu d’attendre au prochain mois d’avril. C’est donc une double imposition qui a lieu dans l’année où débutent les acomptes provisionnels. Sans planification, c’est mortel pour le budget !

3)    Utiliser vos droits de cotisation aux comptes de placements fiscalement avantageux (REER, CELI, REEE)

Quelques comptes ont des avantages fiscaux qu’il vaut la peine d’utiliser afin de minimiser l’impôt à payer. Le plus important pour réduire l’impôt payable est sans nul doute le REER. Cotiser au REER vous donnera une déduction d’impôt. Le taux d’imposition, pour les revenus dépassant les 202 801 $
en 2017, est de 53, 305 %. Une cotisation REER de 1000 $ vous allège donc d’une facture d’impôt de 533,05 $. Autrement dit, votre REER de 1000 $ ne vous coûte réellement que 466,95 $. Selon vos besoins et vos surplus de liquidités, le CELI et le REEE sont d’autres avenues envisageables afin de bénéficier d’un abri fiscal pour le rendement obtenu sur les placements. Aucune déduction d’impôt n’est cependant accordée pour les cotisations qui y
sont faites.

4)    Déterminer la pertinence de la constitution en société

Selon votre situation financière, votre solde de marge de crédit, vos projets d’achat de maison, un congé de maternité envisagé, votre situation familiale, vos revenus prévisibles, vos dépenses d’affaires ainsi que votre coût de vie, votre planificateur financier, appuyé par votre comptable, déterminera s’il est judicieux pour vous d’envisager de constituer votre pratique médicale en société dès le début ou s’il est préférable d’attendre quelque temps.

Il y a deux raisons principales pour se constituer en société. Vous pourriez le faire afin de fractionner votre revenu avec un  conjoint ou une conjointe à faible revenu. Cela aura pour effet de répartir l’impôt entre vous et votre conjoint, donc deux tranches d’imposition inférieures que celle atteinte individuellement. Si vous ne pouvez fractionner votre revenu avec un conjoint, la constitution en société vous conviendra si vous avez une capacité d’épargne. Votre imposition, tel un REER, pourra être reportée à plus tard. Alors au lieu d’utiliser l’intégralité de vos revenus de la RAMQ, vous laisserez à l’intérieur de votre compte de société les sommes excédentaires à votre coût de vie. Cela vous permettra d’épargner cette somme une fois l’impôt payé dans la société à un taux inférieur à celui des particuliers.
Il faut s’attendre à un peu plus de gestion lorsque vous commencez le processus de constitution en société. Bien entouré, vous  y survivrez !

Tete a l'eauL’addition, s’il vous plaît !

Quelques choix s’offrent à vous pour l’organisation de votre facturation. Vous pourriez la gérer complètement seul à l’aide d’un logiciel, vous pourriez bénéficier d’un service de secrétariat qui s’en chargera pour vous ou vous pourriez mandater une agence de facturation. L’important sera encore une fois d’être en confiance, car les omissions ou les erreurs de facturation pourraient vous faire perdre temps et revenu. N’oubliez pas que, même si vous déléguez votre facturation, vous en demeurez l’unique responsable.

Je vous invite à consulter l’article Guide des services de facturation, paru dans notre l’édition Janvier-février 2017, que vous pourrez trouver en ligne (section Archives).

En somme, pour ne pas que vous perdiez la tête dans le tourbillon de la transition à la pratique, entre déménagements, prise en charge de nouveaux patients et finances, votre planificateur financier devrait vous libérer d’une partie du stress envisageable. Commencez à vous y préparer et voyez quelles sont les prochaines étapes avec lui. Vous devrez inévitablement y mettre du temps, mais en prenant de l’avance, vous serez moins stressé et aurez plus de temps pour prioriser le bien-être de vos patients !

Note légale : L’information contenue dans le présent document ne doit pas être interprétée comme des conseils professionnels d’ordre fiscal, juridique, comptable ou de nature similaire applicables en contexte canadien ou étranger, et elle ne saurait en aucun cas remplacer les conseils d’un fiscaliste, d’un comptable ou d’un conseiller juridique indépendant. Les recommandations sur la constitution en société se limitent à la répartition de l’actif et à l’intégration des personnes morales dans les plans financiers et les stratégies de gestion de patrimoine. Toute information d’ordre fiscal ne s’applique qu’aux résidents canadiens et s’appuie sur le droit canadien de l’impôt en vigueur, notamment sur l’interprétation judiciaire et administrative en la matière. L’information et les stratégies ci-indiquées peuvent ne pas convenir aux personnes des États-Unis (citoyens, résidents ou détenteurs d’une carte verte) ou aux non-résidents du Canada, ni dans des situations mettant en cause de telles personnes. Les employés du groupe de sociétés MD ne sont pas habilités à déterminer si un client est considéré comme une personne des États-Unis ou soumis à des obligations de déclaration de revenus, au Canada ou à l’étranger. Le service ExO MDMD offre aux clients des conseils et des produits financiers par l’entremise du groupe de sociétés MD (Gestion financière MD inc., Gestion MD limitée, la Société de fiducie privée MD, la Société d’assurance vie MD et l’Agence d’assurance MD limitée). Pour obtenir une liste détaillée de ces sociétés, veuillez consulter son site à l’adresse md.amc.ca. Gestion financière MD offre des produits et services financiers, la famille de fonds MD et des services-conseils en placement par l’entremise du groupe de sociétés MD. Gestion financière MD inc. est une propriété de l’Association médicale canadienne.

 

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD