Survivre aux fêtes

«C’est dans votre salon que toute la famille est attendue pour trinquer en cette fin d’année. Vous avez sans doute déjà eu une petite pensée...»

JESSICA OUELLET, SOMMELIÈRE

Dans les centres commerciaux, les fragrances « sapin » et « pain d’épices » ont la cote. Outre les bougies parfumées, le temps des fêtes amène son lot de traditions, de tourtières et d’excès. En fin d’année, l’adverbe « trop » prend autant d’ampleur que la couche de crémage sur le gâteau Reine-Élisabeth de ma grand-mère. C’est peu dire. Je ne peux pas vous empêcher de piger pour la énième fois dans l’assiette d’œufs mimosas. Je serais la première à me régaler. Puisqu’à chacun ses forces, voici plutôt un petit guide de survie vinicole des fêtes, destiné à celui ou celle qui reçoit en grand nombre.

Dites au revoir à la vaisselle superflue

C’est dans votre salon que toute la famille est attendue pour trinquer en cette fin d’année. Vous avez sans doute déjà eu une petite pensée nerveuse pour votre verrerie. Les fabricants de beaux verres offrent plusieurs collections. Chacune d’elles permet d’optimiser la dégustation selon le type de vin choisi. La corrélation entre l’incidence du verre et la perception du goût est évidente. C’est ainsi que Riedel x Nespresso ont mis au point la collection Reveal, conçue pour sublimer les arômes du café. L’art de la table, c’est du sérieux !

Ouellet

Afin d’éviter la surprotection de sa verrerie et un stress inutile si quelques amis maladroits débarquent, optez pour des verres polyvalents qui respectent votre budget. J’ai récemment découvert la collation Authentis, par Spiegelau. Ces derniers ont aussi fait de l’œil aux dégustateurs de La Revue du vin de France lors d’une étude comparative visant à dénicher le verre parfait. La série Ouverture de Riedel est aussi une excellente option pour ceux qui cherchent des verres de grande qualité, sans toutefois avoir à faire régime sec pendant des semaines ensuite.

Personnellement, j’aime bien boire les bulles dans un verre à vin. Pourquoi ne pas choisir un verre qui permettra ainsi de déguster joyeusement les différentes bouteilles ? Des bulles au rouge, de quoi éviter la soixantaine de verres près de l’évier en fin de soirée et la larme à l’œil qui s’ensuit. À ce sujet, un chiffon de polissage en microfibre deviendra un cher compagnon lorsque le moment sera venu de ranger vos beaux verres. Psitt ! il s’agit aussi d’un original cadeau d’hôtesse.

Évitez les maux de tête en toute subtilité

Les invités commencent à arriver, les joues bien rouges. Ils sont à peine déchaussés que vous leur proposez de quoi faire tchin-tchin. En cette fin d’année, nous nous retrouvons un verre à la main plus souvent qu’à l’habitude… Pour certains, le vin et la bière deviennent alors les principaux liquides que leur foie voit passer. L’alcool est (généralement) consommé de façon liquide, mais il ne permet pas d’hydrater le corps, au contraire ! L’eau reste donc un des meilleurs alliés de votre bien-être. Bien que cette information soit acquise à un jeune âge, peu en tirent profit. Afin d’optimiser la consommation d’eau chez ceux qui ont toujours un verre de vin collé à la main, préparez une jolie table – visible – avec différents types d’eau, des tranches de citrons, d’oranges, de concombres, etc. Ce petit souci du détail permettra peut-être à quelques-uns d’épargner la capsule d’ibu­­profène avec le café du lendemain matin.

Maîtrisez l’art des cadeaux d’hôte(sse)

Parmi les convives, une cousine arrive discrètement à la cuisine et vous tend une bouteille de vin. « Cadeau d’hôtesse », qu’elle ajoute. Vous la remerciez gentiment certes. On l’ouvre ou pas ? Un petit malaise se fait sentir. Selon le code d’usage français, la personne qui invite a déjà prévu les vins qui s’accordent au mieux avec le repas. On ne devrait donc pas ouvrir la bouteille offerte. Si le vin s’avère un choix intéressant pour le mets qui mijote, pourquoi ne pas demander l’avis de la personne qui offre ? La communication est la clé de plusieurs projets, aussi simples soient-ils. L’exception à la règle ? La bouteille de bulles apportée déjà rafraîchie. De quoi faire pop ! à l’apéro. Et si on vous offre une boîte de chocolats, vous la sortez avec le café. Même la boîte de Mon Chéri.

SAPINS

En ce temps de l’année où le mot « trop » bat son plein, assurez-vous de trouver votre petit bonheur. Ce dernier ne se construit pas à coups de verres en cristal, ni de vins à profusion, ni de cadeaux dépouillés au parfait moment. Le petit bonheur se trouve dans la petite gorgée de vin que vous avez adorée, dans l’arbre de Noël bancal, mais réalisé avec un trop-plein d’amour. Et dans l’odeur de cette bougie au pain d’épices. Ces fêtes de fin d’année sont belles dans toutes leurs imperfections. En témoigne mon verre de blanc, qui s’est réchauffé au fil de l’écriture de ce texte. Il fait le fier aux côtés d’une part de gâteau aux fruits. Que cette fin d’année soit complice de jolies découvertes viticoles. Santé !

LES SUGGESTIONS DE JESSICA

CHAMPAGNE JACQUESSON, Cuvée 740
[CODE SAQ 13116643 PRIX 73,75 $]

Les Champagnes Jacquesson revendiquent un profil vineux et gastronomique. Les cuvées 700 se distinguent des Brut sans année, car elles reflètent le caractère d’un millésime. Ici, 2012 est à l’honneur. Issu d’un assemblage de chardonnay, de pinot noir et de pinot meunier, l’effervescent est particulièrement puissant, et minéral en fin de bouche. Invitez cette bouteille jusqu’au repas : elle en sera des plus heureuses.

RIESLING GRAND CRU PFINGSTBERG,
Valentin Zusslin, 2011 [CODE SAQ 1218487 PRIX 66,00 $] 

Le Grand Cru Pfingstberg bénéficie d’un microclimat idéal. Le riesling y prend ses aises et atteint une maturité idéale. En résulte un vin séducteur au caractère épicé. D’abord dense sur le palais, la finale est pure et persistante. Idéal si, dans la cuisine, ça sent bon le poisson grillé, les huîtres gratinées et les pétoncles au beurre qui rissolent.

VIN DE GLACE ROUGE, Stratus, 2013
[CODE SAQ 12718933 PRIX 41,00 $]

J’ai récemment eu le plaisir de (re)découvrir les vins canadiens, lors d’un court séjour en Ontario. Quel plaisir de faire une dégustation chez Stratus ! Coup de cœur pour plusieurs bouteilles. Mélange de cabernet sauvignon, de syrah et de mourvèdre, ce vin est ample et moelleux en bouche. Les arômes de fraises juteuses et de gingembre iront de pair avec les jolis biscuits au pain d’épices de la période. Si vous êtes plutôt gâteau, optez pour un Forêt-Noire.

 

Mots-Clés :

Sommelière et blogueuse vins (Le Cellier de Jess).

Quoi d’neuf, docteur ?

«Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? »

Bébés, bois et AMM

«Mue par une « sourde », mais « féconde colère », Marilyse Hamelin étaie sa thèse de façon convaincante. L’auteure a elle-même renoncé…»

Chéri, j’ai automatisé les placements

«Mais quelle est l’incidence réelle de ces technologies financières, dans le secteur des services financiers, sur l’ensemble des… ?»

Tartare de betteraves

«Imaginez le bonheur, pour des restaurateurs, de s’approvisionner en succulents fruits et légumes directement de la ferme lorsque la ferme…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD