La planification financière, un casse-tête?

Au cours de prochains numéros, nous vous proposons de vous présenter une facette dynamique de la planification financière. Plutôt que de vous entretenir sur la théorie...

La planification financière, un casse-tête?

PAR LUC RODRIGUE, PL. FIN.

Au cours de prochains numéros, nous vous proposons de vous présenter une facette dynamique de la planification financière. Plutôt que de vous entretenir sur la théorie d’un aspect particulier, nous étudierons un cas* inspiré de situations vécues par des médecins, un cas vraisemblable avec des enjeux rencontrés fréquemment dans la plupart des dossiers. Je vous invite à être attentifs aux aspects particuliers de la situation de Madame Lépine et de Monsieur Trudeau, une situation dont le coefficient de difficulté est élevé, et ce, notamment en raison de trois facteurs : 1) Il s’agit d’une famille reconstituée 2) Il existe une disproportion entre les revenus des conjoints 3) Leur situation sera complexe en cas de décès.

MISE EN SITUATION

Depuis 9 ans, Monsieur Trudeau, 51 ans, est le conjoint de Madame Lépine, 45 ans. Elle a un enfant issu d’une union précédente, un fils de 15 ans. Monsieur Trudeau est le père de deux filles, de 20 et 22 ans. Tous les membres de cette famille reconstituée sont en excellente santé. Monsieur Trudeau et Madame Lépine entretiennent des relations cordiales avec leurs ex-conjoints respectifs. Ils apprécient cette harmonie, ce qui leur permet une gestion facile des orientations de leur famille.

Monsieur Trudeau est médecin spécialiste à l’Hôpital des Hospices de Montréal, une institution de renommée depuis de nombreuses générations. Madame Lépine, pour sa part, est gestionnaire-cadre dans une entreprise de relations publiques à Montréal. Depuis leur rencontre, ils font ensemble des voyages à travers le monde. Ils se passionnent aussi pour le vin, de sorte qu’en plus de disposer d’une imposante cave à vin, ils ont investi dans une petite agence d’importation de vins fins. Il y a trois ans, ils ont investi 50 000 $ dans cette entreprise gérée par un ami commun. Une grande partie de ce montant est issue des économies de Monsieur Trudeau. Ils détiennent 15 % du capital- action et les profits sont réinvestis annuellement. Sans figurer parmi les plus grandes agences, celle-ci est en croissance soutenue depuis deux ans et occupe une place de plus en plus influente sur l’échiquier du milieu du vin.

Monsieur Trudeau génère un revenu important de 530 000 $ dans l’exercice de sa spécialité, de sorte qu’il assume la plus grande partie des frais associés à la vie familiale du couple. Pour sa part, Madame Lépine dispose d’un revenu de 75 000 $ (+ bonis d’environ 20 000 $) pour son travail de gestionnaire. Ils possèdent une maison à Outremont d’une valeur de 1,2 M $. La maison a été achetée il y a 7 ans pour 800 000 $ monsieur possède 66 % de cette propriété, tandis que madame en possède 34 %. Ils ont une entente verbale sur le sujet. Ils ont respectivement des portefeuilles REER. De plus, Monsieur Trudeau possède un portefeuille régulier et des surplus de trésorerie dans sa compagnie de gestion.

Monsieur Trudeau a rédigé un testament notarié qui date d’avant sa rencontre avec Madame Lépine, qui, pour sa part, a rédigé un testament olographe non notarié il y a deux ans. Ils n’ont pas de mandat en cas d’inaptitude, ni de convention de vie commune. Monsieur Trudeau a souscrit à un contrat d’assurance salaire il y a 12 ans, et à un contrat d’assurance vie de 750 000 $ il y a 10 ans, après son divorce. Madame Lépine, pour sa part, a 200 000 $ d’assurance permanente et l’équivalent du double de son salaire par l’entremise de l’assurance collective de son travail. Ils ont toujours consommé ces produits sans leur accorder une grande importance, et de ce fait, ils n’ont jamais eu de discussion approfondie sur l’utilité de ce concept financier que constitue l’assurance. Leur courtier ne leur a pas non plus proposé une analyse de planification successorale en utilisant l’assurance comme levier.

LEURS OBJECTIFS GÉNÉRAUX

Bien que leur situation financière se porte bien, ils ont l’impression qu’ils sont un peu trop éparpillés et que celle-ci manque d’une stratégie globale. Lors d’une récente entrevue préliminaire avec un planificateur financier, ils ont manifesté le désir de répondre aux différents objectifs généraux suivants :

• acquérir une meilleure compréhension de leur situation financière actuelle;

• établir des objectifs financiers de retraite, de succession, d’assurance et autres;

• examiner leurs objectifs, leurs stratégies de financement et des solutions de rechange pour les situations dans lesquelles leurs objectifs risquent de ne pas être réalisés;

• atténuer les répercussions d’événements imprévus, tels qu’une invalidité

ou un décès prématuré, et se munir d’outils efficaces pour gérer ces risques.

Également, ils souhaiteraient simuler dans le temps, la progression de leur situation financière dans le but de visualiser l’état de leur capital, de leur revenu et de leur train de vie à la retraite. Enfin, ils désirent de plus procéder à l’élaboration de leur bilan successoral et à l’exploration d’une analyse du portefeuille d’assurance vie de façon à optimiser leur situation du point de vue financier et fiscal compte tenu de la structure de leur situation.

Leurs objectifs portent donc sur cinq volets différents : le volet financier, le volet retraite, le volet légal, le volet gestion des risques-protection du patrimoine et enfin, le volet placements. Dans cet article, nous considérerons d’abord les objectifs du volet financier de la démarche du couple.

ANALYSE DU VOLET FINANCIER

La démarche du couple Trudeau-Lépine en est une de réflexion afin d’établir une stratégie qui lui permettra de découvrir et combler ses besoins à la retraite, et d’y joindre une mise en application structurée et efficace.

Désireux de procéder à l’élaboration d’une stratégie financière personnelle et d’obtenir toutes les informations utiles dans le processus de prise de décision concernant la planification de sa retraite, la gestion des risques et la planification de sa succession, le couple a fait appel aux services d’un planificateur financier pour les soutenir dans cette démarche.

Observations sur l’état de la valeur nette :

• Très bon équilibre entre les biens immobilisés (± 70 %) et les biens pouvant être liquidés rapidement (± 30 %);

• En cas d’urgence, ils bénéficient de fonds suffisants pour y recourir;

• Aucune dette à la consommation;

• Bien que les taux d’intérêt soient bas, les intérêts sur l’hypothèque ne sont pas déductibles. En parallèle, le placement régulier génère des rendements imposables. Ainsi, il serait judicieux de radier l’hypothèque en utilisant une fraction de cette somme.

Monsieur Trudeau et Madame Lépine génèrent annuellement des revenus conjoints totaux de 625 000 $. Monsieur Trudeau a pris l’habitude depuis quelques années de laisser des surplus s’accumuler dans sa compagnie au rythme de 80 000 $ net par an, après dépenses et impôt; il se verse environ 400 000 $ de salaire annuellement. Avec le salaire de 95 000 $ de Madame Lépine, ils ont des revenus imposables totaux de 500 000 $, soit approximativement 290 000 $ nets après impôt. L’analyse de leur budget démontre une ventilation suivante des dépenses :

• Épicerie pour toute la famille : 20 000 $

• Voyages : 45 000 $

• Dépenses liées à la maison (hypothèque, entretien, services, taxe, etc.):35000$

• Dépenses liées aux voitures (assurance, location, essence, etc.) : 25 000 $

• Cotisation REER : 40 000 $

• Soins de santé, de beauté, médicaux : 8000$

• Assurance vie, salaire, auto, maison : 22 000$

• Loisirs divers et sport : 7 000 $

• Allocation aux enfants et frais de scolarité : 25 000 $

• Vêtements : 8 000 $

• Dépenses personnelles : 18 000 $

• Achats de bouteilles de vin : 25 000 $

• Restaurants et dépenses épicuriennes : 12 000 $

Monsieur Trudeau et Madame Lépine bénéficient d’une position privilégiée sur le plan financier et ils le savent. Ils ont toutefois l’impression que l’argent qu’ils gagnent mensuellement leur échappe et se demandent s’ils dépensent trop et n’épargnent pas suffisamment.

Une recommandation…

Monsieur Trudeau aurait avantage à consulter son comptable-fiscaliste pour réviser la façon dont il se paye. Il préfère se payer en salaire uniquement, mais y aurait-il une façon d’optimiser la formule de ses revenus en les divisant entre salaire et dividendes? Un tel exercice pourrait sans doute lui permettre de diminuer ses impôts ce qui aurait pour conséquence de maximiser son épargne annuelle.

Madame Lépine et Monsieur Trudeau ont beaucoup d’aspects à évaluer et de décisions à prendre ensemble vers leur indépendance financière. C’est pourquoi le rôle du planificateur financier est de les guider et de leur donner des outils pour qu’ils prennent des décisions éclairées et qu’ils puissent les valider par la suite tout au long de leur vie.

Ainsi, au cours de parutions ultérieures, nous verrons la situation de Monsieur Trudeau et de Madame Lépine évoluer en fonction de leurs objectifs propres et des recommandations sommaires qui y sont inhérentes. Le volet financier ayant déjà été abordé, les suites de cette étude de cas seront abordées selon les grands thèmes de la planification financière édictés par l’Institut québécois de planification financière (IQPF), dans l’ordre suivant :

• Le volet retraite.

• Le volet légal, celui de la gestion successorale et des risques ⁄ protection du patrimoine étant intimement liés seront ensuite élaborés.

• Le volet placement clôturera l’analyse de planification.

*Les informations qui figurent dans ce texte, quoique vraisemblables et ins- pirées de la réalité, relèvent de la fiction et ne sont en aucun cas les informations réelles de vraies personnes.

Conseiller en sécurité financière chez Lafond Services financiers.
luc-rodrigue@lafond.ca

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD