Bien planifier son Noël vinicole

C’est d’ailleurs ce champagne que j’ai ouvert pour souligner la nouvelle année l’an dernier. Il vous surprendra par ses notes de fraises, de fleurs, de brioche et une impressionnante...

Bien boire

PAR DANIEL BERGERON

Pour poursuivre la tradition, il me fait plaisir de vous donner, pour une deuxième année consécutive, mes recommandations et conseils afin de vous faire passer un excellent Noël vinicole. En effet, les festivités de Noël arrivent à grands pas et il est grand temps de s’assurer que tout soit bien réussi, particulièrement en ce qui concerne les vins qui sauront égayer vos multiples réceptions du temps des fêtes. Il est donc important de faire une bonne réserve de vins intéressants pour ne pas être pris au dépourvu le moment venu.noel-bergeron-fig2

Débutons avec les vins mousseux, qui s’avèrent pratiquement essentiels pour amorcer les festivités, ou impératifs pour souligner la nouvelle année aux coups de minuit. L’an dernier, je vous ai conseillé un mousseux californien, le Roederer Brut, Anderson Valley en blanc ; cette année, c’est la version rosée qui m’a conquise. Il s’agit du Roederer Estate Rosé, qui représente un véritable coup de cœur et qui vaut amplement le prix demandé. Ce vin, qui a été très bien côté par les critiques vinicoles, saura assurément plaire à vos convives avec son fruit charmeur, son acidité rafraîchissante et sa belle présence en bouche. Si vous voulez vous gâter avec un Champagne rosé sans trop amputer votre budget, je vous recommande le Ayala Majeur, Champagne rosé. C’est d’ailleurs ce Champagne que j’ai ouvert pour souligner la nouvelle année l’an dernier. Il vous surprendra par ses notes de fraises, de fleurs, de brioche et une impressionnante persistance en bouche. Vous ne regretterez pas votre achat, soyez-en assuré.

Si vous désirez un vin blanc pouvant bien se comporter en apéritif, ou se marier agréablement avec les canapés traditionnels, je vous propose un Chablis, le Château de Maligny, La Vigne de la Reine 2012, qui montre de jolies notes minérales avec une touche de citron et une acidité très rafraîchissante en bouche, tout en étant doté d’une bonne texture. Sa vivacité saura vous plaire. Il serait avisé de placer quelques bouteilles de côté, surtout à ce prix. Une autre possibilité de vin, un peu plus moelleux sans être lourd, est le Charles Smith Wines Kung Fu Girl Riesling 2012. Ce vin américain de l’État de Washington offre un nez de fleur et de citron bien charmeur, et a, en bouche, un côté légèrement sucré bien appuyé par l’acidité. On y perçoit aussi une très légère effervescence qui le rend bien agréable à boire, tellement que vous terminerez probablement votre verre plus rapidement que prévu.

Passons aux plats principaux du temps des Fêtes. Un des plats les plus traditionnels est, bien entendu, la dinde de Noël. Dépendamment de la farce qui accompagne votre dinde, il est possible de servir un blanc qui possède une bonne texture ou un rouge qui possède une faible matière tannique. Du côté du vin blanc, j’opterais pour un vin bourguignon. L’an passé je vous conseillais un vin de l’appellation Mercurey en rouge. Cette année j’opte pour le vin blanc du même château, soit le Château De Chamirey, Mercurey blanc, 2009. Je n’ai jamais été déçu par ce vin, peu importe le millésime, car il en donne beaucoup pour un bourgogne blanc à moins de 30 $. Il saura certainement vous plaire avec sa texture grasse, son côté beurré, ses arômes de pêches et d’amandes rehaussés par une acidité envoûtante. Les amateurs de bons vins blancs en auront plein les papilles à coup sûr. En rouge, j’ose vous proposer un bourgogne générique qui représente un excellent rapport qualité-prix : le Domaine René Bouvier Bourgogne Pinot Noir, Le Chapitre 2011. Ce vin rouge saura certainement bien s’accorder avec la dinde et ses incontournables atocas. Il possède un nez charmeur de fruits rouges bien mûrs, et de belles notes épicées. L’ensemble est vraiment agréable, les tannins se montrent bien accessibles, ce qui rend ce vin harmonieux et relativement structuré pour le prix. Je dois avouer qu’il surprend et qu’à l’aveugle, on pourrait certainement se croire en présence d’un vin d’une trentaine de dollars.

Il y a aussi ce met traditionnel qu’on retrouve souvent dans les chaumières québécoises à Noël : la tourtière. Je parle bien entendu de la tourtière communément appelée « tourtière du Lac Saint-Jean ». Chez les gens originaires du bas du fleuve, on parlera plutôt de « cipaille » ou « cipâte ». Quelle agréable sensation qu’est celle d’entrer dans une maison où la tourtière a séjourné au four plusieurs heures pour embaumer l’atmosphère d’un parfum envoûtant qui nous rappelle que le temps des fêtes bat son plein ! Ce sont les viandes utilisées pour réaliser ce plat qui dicteront le choix du vin d’accompagnement. Si vous utilisez des viandes plus usuelles, comme le bœuf, le porc ou le poulet, j’opterais pour un rouge portugais ayant une matière fruitée avec une bonne concentration. Je vous suggère le Cortes de Cima 2010, qui est largement disponible dans le réseau. Ce vin saura vous charmer avec un fruit plaisant, des notes épicées, un boisé bien intégré, et la bonne fraîcheur exprimée. Si vous utilisez du gibier pour réaliser votre tourtière, j’opterais pour un vin plus riche et concentré comme l’Amarone della Valpolicella de Tommasi, 2010. Il dévoilera un nez envoûtant de cerises et de cacao tout en montrant une riche matière avec une texture soyeuse en bouche. Il serait judicieux de l’aérer en carafe quelques heures avant le service pour lui permettre de bien se dévoiler.

D’autres plats pouvant se retrouver au menu sont le rôti de bœuf ou le gigot d’agneau, qui demandent un vin assez charpenté, c’est-à-dire un vin possédant une bonne matière tannique. L’an dernier, je vous ai recommandé l’achat de bordeaux de l’excellent millésime 2009. Cette année, ce sont les Bordeaux 2010 qui arrivent tranquillement sur les tablettes. Ce millésime est vraiment bien noté par les critiques vinicoles. Il semble qu’il soit encore meilleur que 2009, ce qui n’est pas peu dire. Il pourrait être intéressant d’en faire une bonne réserve pour le futur, et, pourquoi pas, en ouvrir quelques bouteilles avec ces pièces de viande rouge pour se faire une idée de la qualité de ce millésime. Je propose d’abord le Château d’Agassac cru Bourgeois 2010, qui explose en fruits, tant au nez qu’en bouche, tout en offrant une dense matière tannique, une acidité assez vive et un boisé bien présent. Même s’il est bien concentré, il demeure accessible, surtout après un passage d’une heure en carafe. J’ai d’ailleurs toujours trouvé que les vins d’Agassac étaient accessibles en jeunesse même dans les plus grands millésimes. Un autre vin qui représente un excellent rapport qualité-prix, de millésime en millésime, est sans aucun doute le Château Cambon La Pelouse 2010. Il se démarque par ses notes de fruits, de torréfaction et d’épices. En bouche, il montre une matière imposante, une grande acidité et une touche de réglisse. La finale est très longue. Ce vin se bonifiera au cours des dix prochaines années, à mon avis. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de déguster, dernièrement, des vins de ce château, versions 2000 et 2001, qui avaient conservé beaucoup de fruits, où l’acidité était encore bien présente et la matière tannique, admirablement fondue. Il a, selon moi, un meilleur potentiel de vieillissement que le château d’Agassac. Il serait avisé d’en placer une bonne réserve en cave pour suivre son évolution au fil des ans, surtout à ce prix.

Pour terminer le repas, un porto serait de mise pour accompagner un chocolat noir ou même la fameuse bûche de Noël. Je vous propose deux excellents LBV (Late Bottled Vintage) d’un certain âge, soit le Warre’s Late Bottled Vintage 2002 et le Smith Woodhouse Late Bottled Vintage 1999. On retrouve un beau fruit concentré, une certaine opulence et une bonne richesse dans ces deux portos qui constituent d’excellents rapports qualité-prix. D’ailleurs, la présence de sucre et le haut pourcentage en alcool des portos (environ 20 %) s’explique par le fait qu’on additionne de l’eau-de-vie au moût en cours de fermentation afin d’arrêter ce processus. Cette opération est appelée mutage. En plus du sucre et du taux d’alcool supérieur, on notera une belle rondeur combinée à un agréable fruité. Contrairement à un Porto Vintage, qui est produit uniquement dans les années jugées exceptionnelles, le LBV est produit presque chaque année et, comme son nom l’indique, il est mis en bouteille tardivement après un vieillissement en fût de quantre à six ans. Il peut continuer de vieillir en bouteille, mais il est aussi possible de le boire peu de temps après l’embouteillage.

Je vous souhaite un beau temps des fêtes et de belles découvertes vinicoles.

noel-bergeron-fig1

LISTE DES VINS SUGGÉRÉS

  • Roederer Estate Rosé (Code SAQ : 11943856, 32 $)
  • Ayala Majeur, Champagne rosé (Code SAQ : 11674529, 59,50 $)
  • Château de Maligny, La Vigne de la Reine 2012, (Code SAQ : 560763, 23,70 $)
  • Charles Smith Wines Kung Fu Girl Riesling 2012 (Code SAQ : 11629787, 19 $)
  • Château De Chamirey, Mercurey blanc, 2009 (Code SAQ : 179556, 28,40 $)
  • Domaine René Bouvier Bourgogne Pinot Noir, Le Chapitre 2011 (Code SAQ : 11153264, 22,90 $)
  • Cortes de Cima 2010 (Code SAQ : 10944380, 22,15 $)
  • Amarone della Valpolicella de Tommasi, 2010 (Code SAQ : 494393, 47,75 $)
  • Château d’Agassac cru Bourgeois 2010 (Code SAQ : 11639977, 30 $)
  • Château Cambon La Pelouse 2010 (Code SAQ : 11609381, 28,10 $)
  • Warre’s Late Bottled Vintage 2002 (Code SAQ : 10474980, 38,25 $)
  • Smith Woodhouse Late Bottled Vintage 1999 (Code SAQ : 743781, 34 $)
Professeur de chimie organique et de chimie du vin au CEGEP de Lévis-Lauzon. Titulaire d'une maîtrise en chimie organique. Administrateur pour le site fouduvin.ca Pour lui écrire : daniel.bergeron@cll.qc.ca

Réforme, amour et violence

« En relisant les études réalisées sur le système de santé depuis la réforme de 1971, André Lemelin a été forcé de constater leur très partielle…»

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

L’heure de l’apéro

«L’arrivée des beaux jours affiche un joli dégradé de rosé dans nos verres. Entre le barbecue, le matelas gonflable dans la piscine…»

Pesto de roquette candide

«Pour rendre grâce à l’été et pour nous donner un bref aperçu de l’approche Candide, John Winter Russell nous suggère cette salade …»

Vœux du présent

«Comme toute médaille a son revers, je songe à mon palmarès des « patients-plaies ». Car il y en a toujours. Il y a cette incroyable dame…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD