Mal de profession

Ce dont je veux me souvenir, c’est d’une alliance entre nous tous pour le bien de tous! Quelles que soient les différences dans nos façons...

UNE MOBILISATION MÉDICALE SUR LE THÈME DU RESPECT

PAR DENISE DROLET, MD
Omnipraticienne en Montérégie
Personne-ressource au sein du Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ)

J’ai mal à ma profession! Nous avons été ébranlés à l’automne 2014! Un coup de poing à notre autonomie professionnelle! Une gifle à notre dévouement! Une atteinte à notre crédibilité! En conséquence, il y a eu blessure1. Une blessure profonde, dans l’essence même de notre motivation, de notre vocation! Une blessure qui laissera des cicatrices permanentes, j’en ai bien peur.

rébellion-drolet-f3

Chacun réagit à sa façon : il y a les fonceurs. Ils réagissent vite, s’efforcent de tenir leurs collègues au courant de tout ce qui se passe. Ils n’ont pas peur de se nommer, de témoigner dans les médias, de se présenter en commission parlementaire. Ils sont dans l’action, ils agissent, ils manifestent, ils luttent.

Il y a les réservés. Ils lisent, ils écoutent et ils appuient sans trop manifester. Ce n’est pas dans leurs façons de s’exposer, mais on peut compter sur eux. Il y a ceux qui sont outrés. Ils protestent, ils parlent fort, ils écrivent et ils ont entrepris des démarches pour quitter le système parce qu’ils n’en peuvent plus.

Il y a les plus âgés. Ils se disent : « Encore une bataille qui nous fera perdre des plumes ». Et ils planifient leur retraite.

Il y a ceux qui sont fatigués, anxieux, déprimés. Ils s’enfoncent parce qu’ils n’arrivent déjà pas à suivre le rythme actuel et anticipent un chaos énorme dans leur vie.

Il y a les résignés. Ils calculent déjà comment s’organiser avec une baisse importante de leurs revenus. Il y a les silencieux. Ils montent les dossiers, ils cherchent des stratégies et ils partagent ces informations avec les autres tout en restant en arrière. Il y a les jeunes. Ils défendent leur style de vie et leur besoin d’équilibre.

Il y a les femmes. Elles défendent leur droit à la famille et à la profession. Il y a les hommes. Ils défendent leur droit à la famille et à la profession. Il y a toutes sortes de docteurs! Et il y a surtout une superbe mobilisation des membres de la communauté médicale. Une fraternité nouvelle et si belle entre les médecins de tout horizon ainsi qu’avec les autres professionnels de la santé. Si on pousse l’analyse, on se demande la raison de tout ce bruit dans notre communauté. Parce que, disons-le, tout le monde est pour une plus grande accessibilité aux soins. Alors? Si l’objectif est souhaité par tous, serait-ce dans la manière d’y arriver que le bât blesse? Quelqu’un, par exemple, aurait-il fait abstraction de l’une des plus précieuses valeurs de notre profession, à savoir le respect? La majorité a affirmé avec conviction qu’il fallait réagir, car nous savons qu’un aussi grand remaniement du système de santé doit se faire dans le respect des gens; ces êtres humains que sont les travailleurs de la santé ainsi que ceux qui sont nos patients. La médecine n’est pas une histoire de chiffres, nos patients ne sont pas des machines qui viennent de temps à autre faire remplacer une pièce ou en huiler une autre. Les professionnels de la santé ne sont pas des automates qui suivent un plan de travail bien établi et régulier. Imposer des façons de faire qui ne respectent pas l’être humain va à l’encontre de notre profession et des valeurs qui animent les professionnels de la santé. Quel que soit notre niveau d’implication dans le débat, nous voulons continuer d’offrir des soins de qualité à la population. On ne peut nous contraindre à réduire nos patients à un 0,8, un 2 ou un 25! Tous nos patients méritent le temps nécessaire!

rébellion-drolet-f1

Plusieurs médecins ont travaillé depuis quelques années à améliorer l’accessibilité à un médecin pour les patients. L’accès adapté a tranquillement fait son chemin. J’avoue que j’ai mis en doute cette façon de faire à ses débuts, comme plusieurs. Mais je comprends que les besoins des patients sont criants et que les services offerts actuellement doivent être évalués. Dans une société où les coûts des soins de santé dépassent la capacité de l’État à payer, il faut s’ajuster et accepter le changement. Plusieurs médecins ont donc relevé le défi et ont modifié leurs façons de faire. Et ils sont satisfaits. Certains récalcitrants du début ont décidé d’essayer. J’en suis. Ce n’est pas évident; et ma réalité est que je ne pourrai pas appliquer cette stratégie à tous mes patients. En effet, je fais partie de ces nombreux médecins qui traitent plusieurs aînés et autres clientèles fragilisées qui cadrent difficilement avec l’accès adapté. Mais avec de la réflexion et de la bonne volonté, on peut ajuster cette façon de faire à nos clientèles respectives et optimiser le tout à la satisfaction de chacun.

Ce dont je veux me souvenir, c’est d’une alliance entre nous tous pour le bien de tous! Quelles que soient les différences dans nos façons d’exercer notre profession, quels que soient le nombre d’heures travaillées, la cadence que l’on maintient, l’âge que nous avons, nos responsabilités familiales, l’étape à laquelle nous nous trouvons dans l’exercice de notre profession et dans notre vie; quelle que soit notre réaction face au « remaniement annoncé », nous sommes tous prêts pour un virage.

Notre mobilisation vise à préserver les valeurs propres à la profession que nous avons choisie et qui, je le répète, s’articulent autour du respect. Le respect de la personne que nous soignons et le respect des soignants que nous sommes.

« C’est parfois d’une situation
désespérée que jaillit l’espoir. »
Lao She

NOTE :

  1. Ce texte a été mis sous presse avant la signature de l’entente de mai 2015 entre la FMOQ et le MSSS.

Omnipraticienne en Montérégie. Personne-ressource au sein du Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ). Pour lui écrire : telordd@hotmail.com

La parole est à vous!

Pour poser une question, envoyer un commentaire, une lettre, un témoignage, un article d’opinion ou une analyse personnelle…

Quoi d’neuf, Docteur?

Quelles sont les dernières nouveautés susceptibles d’avoir des impacts sur  votre vie personnelle ou votre pratique médicale ? 

Vieilles bouteilles, frais bonheur

«D’un point de vue vigneron, le bouchonnage reste l’ultime action œnologique dans l’élaboration d’un vin. C’est aussi la seule qu’il…»

Pétoncles poêlés, salsa maison

«Quand vient le temps de passer de la terrasse au confort de notre salle à manger, c’est aussi l’occasion de profiter pleinement…»

Fonds communs pour médecins

– Fonds FMOQ
– Fonds Professionnels
– Gestion MD