Skip to content

Lire et relire

Dans chaque numéro, découvrez les bonnes lectures qu’a dénichées notre journaliste, que ce soit pour décrocher du travail ou régler les problèmes de l’humanité (ou au moins, de notre système de santé).

Guérir son enfance blessée

Apres la maltraitance

Au Québec, pour l’année 2017-2018, près de 39 000 cas de maltraitance d’enfant signalés à la Direction de la protection de la jeunesse ont été retenus. D’après les chiffres du ministère de la Famille en France, 25 % des adultes affirment avoir subi des violences physiques dans l’enfance.

Dans Après la maltraitance : Se libérer des blessures de l’enfance, la psychologue et psychothérapeute spécialisée dans la prise en charge des victimes de violence familiale Sarah Laporte-Daube lève le voile sur les différentes formes de maltraitances, qu’elles soient physiques, psychologiques, sexuelles ou qu’elles soient de l’ordre des négligences lourdes. L’auteure décrit très bien les résultats de ces maltraitances sur l’enfant devenu adulte, à l’aide d’exemples de cas qu’elle a vus passer dans son cabinet.

Plus intéressant encore, la spécialiste, dans la deuxième partie de son livre, se penche sur les chemins de la reconstruction. Il existe des solutions plus formelles, comme la psychanalyse, les thérapies comportementales et cognitives ou encore l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires (EMDR pour eye movement desensitization and reprocessing). Sarah Laporte-Daube traite également d’autres ressources à mettre à profit, comme la méditation, la relaxation, l’affirmation de soi ou encore l’hygiène de vie. Pour se guérir d’un passé de maltraitance, il faut se forger un autre regard sur son passé, avance-t-elle.

La dernière partie du livre est consacrée à une réflexion sur la nature de la maltraitance. D’abord, elle nous indique comment repérer comme témoin, qu’on soit parent, enseignant ou voisin, les signes de maltraitance et comment la signaler. La psychologue s’intéresse aussi aux clés pour casser le cercle vicieux de la violence parentale. « Vos blessures d’enfance — même cicatrisées — feront toujours partie de vous », conclut-elle.

APRÈS LA MALTRAITANCE
Sarah Laporte-Daube
Les Éditions de l’Homme
Montréal, 2019
264 pages

Et si l’amour était un modéle mathématique ?

Couve-Pujo-Menjouet-HD

Les mathématiques sont compliquées, et les relations amoureuses le sont tout autant. C’est à partir de cette prémisse que Laurent Pujo-Menjouet s’est lancé dans une longue réflexion dans Le jeu de l’amour sans le hasard, ayant comme sous-titre Mathématiques du couple.

Mais comment un maître de conférences en mathématiques de l’Université de Lyon, dont les domaines de prédilection comprennent l’alzheimer et le prion, la formation du sang, la radiothérapie, la formation de l’os et l’épidé­miologie, en arrive à s’intéresser à l’amour, pour mieux le comprendre, et, surtout, à le lier aux mathématiques ? En fait, il n’est pas le premier à le faire. Depuis Thomas Malthus et ses travaux sur les rapports entre les dynamiques de croissance de la population et la production, des scientifiques se penchent sur les formules adaptées à la vie quotidienne. Le mathématicien Steven Strogatz s’y était intéressé avant Laurent Pujo-Menjouet. Les travaux les plus intéressants ont été réalisés par le mathématicien italien Angelo Mammone Rinaldi et son équipe, qui ont analysé les poèmes écrits par Pétrarque à Laure de Sade, une jeune fille qui ne lui rendra jamais son amour, mais qui a nourri les écrits du Florentin au 14e siècle.

Il faut s’accrocher pour arriver au bout de cet ouvrage truffé de formules mathématiques, mais aussi de références à des chansons, à des films et à des poèmes. Laurent Pujo-Mejouet a-t-il trouvé « la » clé pour expliquer la recette des couples qui durent ? On ne sait pas, mais ses théories méritent qu’on s’y intéresse.

 

LE JEU DE L’AMOUR SANS LE HASARD
Laurent Pujo-Menjouet
Éditions des Équateurs
Paris, 2019
248 pages

Les borgnes sont rois

GAMACHE_14_AuRoyaume

Quatorzième enquête de l’inspecteur-chef Armand Gamache, Au royaume des aveugles se déroule dans le lieu de prédilection de l’auteure Louise Penny, les Cantons de l’Est. On y retrouve le policier et ses proches, chiens compris, dans l’hiver profond québécois, l’enquête débutant alors qu’une forte tempête frappe la région.

Louise Penny, installée à Sutton depuis 2011, sait traduire les paysages et la froidure de sa région de prédilection. Dans ce roman policier, Armand Gamache se voit convoqué dans une vieille ferme abandonnée avec Myrna Landers, la libraire de Three Pines, ville fictive où réside ce dernier, et Benedict Pouliot, un jeune entrepreneur de Montréal. Quel lien entre ces trois personnes et Bertha Baumgartner, alias la Baronne, qui dit laisser des millions de dollars à ses trois enfants ? D’où vient cet héritage alors que la dame était femme de ménage ?

À travers cette première histoire, le roman nous entraîne dans une autre intrigue, celle d’Amelia, une ancienne protégée de l’inspecteur-chef qui retourne dans la rue à la recherche d’une nouvelle drogue qui, si elle se retrouvait en vente, ferait des ravages dans le monde des drogués montréalais. On quitte ici la campagne blanche des Cantons pour les rues sales de la métropole, où rôdent la violence, les jeunes accros, les prostituées, les travestis, la mort et une petite fille coiffée d’une tuque rouge affichant le logo des Canadiens.

Les deux intrigues se déroulent en parallèle dans un récit haletant à l’intérieur duquel on sent l’amour de l’auteure torontoise pour sa terre d’accueil.

AU ROYAUME DES AVEUGLES
Louise Penny
Flammarion Québec
Montréal, 2019
448 pages

 

Publié dans

Sophie Bernard

Sophie Bernard est journaliste à la pige et journaliste pour Le Lien multimédia. Elle a également été recherchiste pour Radio-Canada et à déjà été rédactrice en chef pour Branchez-vous!
Scroll To Top